Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Villes et urbanisation en Égypte

Éric Denis (dir.), Villes et urbanisation des provinces égyptiennes. Vers l’écoumènopolis? Le Caire, Centre d’études et de documentation économiques et juridiques, et Paris, Karthala, 2007, 439p.
Vincent Martignon
p. 154-156
Référence(s) :

Éric Denis (dir.), Villes et urbanisation des provinces égyptiennes. Vers l’écoumènopolis? Le Caire, Centre d’études et de documentation économiques et juridiques, et Paris, Karthala, 2007, 439p.

Texte intégral

1Réunissant treize contributions, l’ouvrage dirigé par Éric Denis met fin au mythe d’une Égypte contemporaine rurale et dominée par la mégapole cairote. Les auteurs y soutiennent la thèse d’un pays très urbanisé et davantage polycentrique qu’on ne l’admet habituellement. S’adressant à un public averti, ils analysent les différentes modalités de la croissance urbaine dans leur complexité et leurs effets sur les sociétés locales.

2Les articles de la première partie mettent en lumière les dynamiques de croissance qui animent les villes et la «ruralopolis», non reconnue comme domaine urbain par l’État et résultant du mouvement massif d’urbanisation des campagnes. Ainsi, un phénomène massif d’«urbanisation par le bas», entretenu par un ensemble d’acteurs informels (É.Denis), dépasse le cadre de la définition légale de l’urbanisation (É.Denis et F.Moriconi-Ébrard). L’indifférence étatique vis-à-vis de ces nouvelles formes de croissance urbaine entraîne la formation de vastes secteurs sous-équipés, contribuant à la formation d’agglomérations «sans qualité urbaine» (I.Yusef et É.Denis). C’est dans ces zones que se développent des pratiques innovantes en termes de solidarité et de régulation sociale. De même, l’évolution des anciens «villages urbains» s’accompagne de recompositions sociospatiales, comme en témoignent la monographie du bourg de Mahallat Rûh (Tantâ, delta du Nil) et l’analyse de la contribution des réseaux marchands au développement économique et au changement social dans les périphéries des grandes villes (T.Dunon, P.Tastevin). Pourtant, si l’on se fie au maintien de la population dans les villes secondaires et dans les bourgs qui enregistrent aujourd’hui les taux de croissance les plus élevés, les capitales régionales semblent moins attractives que par le passé (K.Yousfi et É.Denis).

3La seconde partie commence par une analyse du processus de recomposition sociospatiale affectant Mansurâ (située dans le delta du Nil), troisième ville du pays par son nombre d’habitants, qui revendique le statut de métropole régionale. Elle permet à D.Pagès de préciser la place des villes secondaires dans le système urbain égyptien et plus largement dans le système Monde. Or, comme le montre l’analyse des dynamiques identitaires dans le cadre des grands projets conduits dans les villes du canal de Suez (F.Bruyas), l’arrivée d’acteurs extérieurs peut non seulement modifier le rayonnement de ces villes dans le système urbain régional, mais aussi bouleverser leur identité et perturber les systèmes sociaux locaux. Cela n’empêche qu’à l’échelle locale, l’identité d’une ville peut être revalorisée par des projets incitant à la redécouverte d’un patrimoine et d’une histoire oubliés (D.Harre-Rogers). Dans les zones touristiques de Haute-Égypte, il est toutefois indéniable qu’un écart apparaît entre le développement local dû au tourisme et les conditions de vie des habitants. Cet écart pose la double question de la valorisation de sites en tant que ressource, et de la redistribution des revenus du tourisme -(S.Gamblin). Sur un plan davantage politique, la participation des habitants doit son dynamisme aux intermédiaires locaux qui mobilisent l’électorat et l’orientent dans son vote. Pour parvenir à leurs fins, ces figures locales cherchent le soutien des leurs et s’appuient sur les systèmes de solidarité en place (N.‘Abd al-Ghaffâr). Les liens sociaux, s’ils peuvent être instrumentalisés à des fins électorales, semblent également former un cadre permettant la préservation des structures sociales. Ainsi, à Balyanâ, la prégnance de ces liens sociaux et le rapport des habitants à la terre ont permis aux structures sociales de perdurer malgré les grands mouvements migratoires qui ont eu pour effet de redistribuer -localement les richesses, mettant ainsi en péril l’équilibre social en place (C.Miller). Cela n’empêche que, dans ces agglomérations de province en pleine croissance, les habitants élaborent de nouvelles manières de faire société, c’est en tout cas ce que montre F.Colonna dans sa contribution qui laisse la parole aux diplômés installés en province.

4En fin de compte, c’est le tableau d’une Égypte souvent ignorée de la communauté scientifique qui nous est offert dans ce portrait des provinces égyptiennes et des dynamiques sociospatiales qui les animent. La dimension interdisciplinaire de l’ouvrage et la diversité des cas étudiés sont autant d’éléments qui ajoutent à la richesse des analyses qui y sont proposées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Martignon, « Villes et urbanisation en Égypte », Transcontinentales [En ligne], 5 | 2007, document 13, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://transcontinentales.revues.org/966

Haut de page

Auteur

Vincent Martignon

UMS2555 Centre français d’archéologie et sciences sociales de Sanaa (CEFAS)/Université de Tours/UMR6173 Centre inter-disciplinaire Cités, Territoires, Environnement et Sociétés (CITERES), Équipe Monde arabe et Méditerranée (EMAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page