Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les relations stratégiques Chine/Pakistan

Swaran Singh (éd.), China-Pakistan Strategic Cooperation: Indian Perspectives, New Delhi, Manohar/Centre de sciences humaines, 2007, 405p.  
Gilles Boquérat
p. 154-156
Référence(s) :

Swaran Singh (éd.), China-Pakistan Strategic Cooperation: Indian Perspectives, New Delhi, Manohar/Centre de sciences humaines, 2007, 405p.  

Texte intégral

1Il y a probablement peu d’amitiés que les décideurs pakistanais en matière de politique étrangère chérissent autant que celle de la Chine. Exemple parmi d’autres de cette attention toute particulière, l’Institut d’études stratégiques d’Islamabad a ouvert dans ses locaux en2007 un centre d’études spécifiquement axé sur la Chine. Autre illustration de cette relation «à l’épreuve du temps», la présence croissante de citoyens chinois sur le sol pakistanais. Cet ouvrage, placé sous la direction de Swaran Singh, qui enseigne à l’université Jawaharlal Nehru et fut pendant plusieurs années affilié au Centre de sciences humaines de New Delhi, entreprend d’explorer la peu banale relation sino-pakistanaise. Il y avait dans les années1950 peu de similarités idéologiques entre la République islamique alliée des États-Unis et la Chine maoïste. Sonika Gupta (The Role of Political Culture) argue toutefois qu’il y avait des similarités de culture politique sous la forme d’une interprétation réaliste du recours à la force et du rôle important joué par les militaires dans la construction de l’état et dans le processus de décision. Mais surtout il y eut stratégiquement la même volonté de circonscrire les ambitions indiennes (Satyabrat Sinha, China in Pakistan’s Security Perceptions). Pour les dirigeants pakistanais, c’était l’intégrité même du pays qui aurait été menacée par l’Inde et tout contrepoids extérieur était précieux. Pour Pékin, il s’agissait de ne pas abandonner l’Asie du Sud à une zone d’influence exclusivement indienne. Sur cette base, non seulement une coopération stratégique se développa, mais aussi prospéra et survécut à la fin de la guerre froide et au rapprochement sino-indien observé au cours de la décennie écoulée. Investis du rôle de liant, les Indiens sont donc les premiers concernés par l’intensité d’une relation bilatérale qui à la fois les intrigue et les agace.

2L’ouvrage est divisé en trois parties: les politiques et les perceptions réciproques, les coopérations stratégiques et en matière de défense, et les fondements de l’engagement stratégique. Si la relation avec la Chine est particulièrement prisée au Pakistan, elle n’en demeure pas moins intrinsèquement inégale, la dépendance étant surtout pakistanaise (Anindyo J.Majumdar, The Changing Imperatives). Si Islamabad sollicite avec une belle constance le soutien de la Chine, cette dernière, à l’instar de l’évolution des positions prises sur la question du Cachemire, ou encore au moment du conflit de Kargil(1999), a démontré qu’elle entendait garder sa liberté de jugement (Srikanth Kondappalli, Pakistan in China’s Security Perception). Mais au moins, pour Islamabad, Pékin n’a jamais pris parti pour l’ennemi indien, à l’inverse par exemple des Américains. Courtisée, la Chine y trouve aussi des avantages: un passage vers le golfe Persique et le monde musulman, et un moyen de prévenir un «hégémonisme régional». La coopération dans les domaines sensibles du nucléaire, de la technologie balistique et plus généralement du transfert d’armement fait l’objet d’un traitement approfondi où l’accent est inévitablement mis sur les aspects proliférationnistes et en contravention avec les accords internationaux de cette coopération. Un partenariat dont la dimension maritime est ici soulignée en reprenant la thèse d’une collusion pakistanaise à un encerclement naval de l’Inde auquel aspirerait Pékin en s’appuyant également sur le Myanmar (Vijay Sakhuja, Naval Cooperation; W. Lawrence S. Prabhakar, The Maritime Convergence).

3La prégnance du stratégique est telle qu’elle déborde sur la relation économique, à commencer par la part significative des ventes d’armements chinois (Madhu Bhalla, Geopolitics of Economic Relations;Aparna Kher, Pakistan in China’s Arms Trade). La Chine est souvent associée à deux grands projets qui, sans surprise, combinent intérêts stratégiques et commerciaux: le port de Gwadar, inauguré en2007, presque trente ans après l’ouverture de la route du Karakorum, le seul lien terrestre qui doit d’ailleurs être aménagé dans les années à venir afin de permettre un trafic plus important (Virendra Sahai Verma, The Karakorum Highway). Le transit entre le Xinjiang et le nord du Pakistan peut aussi avoir des effets moins recherchés par Pékin lorsqu’il s’agit du soutien d’une militance islamiste aux séparatistes ouïgours (Abanti Bhattacharya, The Xinjiang Factor).

4On peut seulement regretter que le délai entre la remise des contributions et la publication n’ait pas été plus court: cet intervalle souvent important dans les travaux collectifs, est plus encore dommageable sur des questions d’actualité. Face au parti pris d’avoir un grand nombre d’auteurs (18), des coupes auraient aussi été souhaitables afin d’éviter nombre de redites. On aurait également aimé que la relation bilatérale soit parfois replacée dans une perspective plus globale. Il est souvent écrit par exemple que le Pakistan représente pour la Chine un point d’entrée dans le monde musulman, mais sans donner des manifestations concrètes de cette attente. Cet ouvrage n’en offre pas moins un panorama quasi exhaustif des multiples facettes de la coopération stratégique sino-pakistanaise telle qu’elle est perçue par les analystes indiens. Il comble à cet égard un vide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Boquérat, « Les relations stratégiques Chine/Pakistan », Transcontinentales [En ligne], 6 | 2008, document 13, mis en ligne le 06 avril 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://transcontinentales.revues.org/924

Haut de page

Auteur

Gilles Boquérat

chercheur résident à l’Institut d’études stratégiques d’Islamabad, chercheur associé au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page