Navigation – Plan du site
Dossier: Le défi sanitaire

Hommes et femmes face à la santé dans la Russie post-soviétique

Gender Differences and Health in Post-Soviet Russia
Natalia Grigorieva et Tatiana Tchoubarova
p. 71-96

Résumés

Quatre thèmes sont d’une importance décisive pour comprendre la dimension de genre qui affecte la politique de santé publique et le système de soins en Russie : les différences hommes femmes dans la perception que chaque groupe se fait de sa santé ; la disparité des indicateurs de mortalité et de morbidité ; l’inégal accès financier aux soins, et les problèmes spécifiques des femmes atteintes du virus du sida. Les questions de genre sont certes discutées en Russie, mais surtout dans des groupes d’experts, et l’action gouvernementale en la matière reste fragmentaire. L’approche du genre, telle que l’illustre la problématique de la santé, n’est pas partie prenante des stratégies de développement. Quand elle se manifeste, elle est plus une réponse à une attente mondiale qu’elle ne témoigne d’une véritable conscience de l’importance des problèmes de genre pour l’avenir de la société russe.

Haut de page

Entrées d'index

Géographique :

Russie
Haut de page

Texte intégral

  • 1   – Cet article résulte d’une initiative du Centre franco-russe de recherches en sciences humaines (...)

1La distinction hommes-femmes constitue un déterminant structurel important du système médical qui, en interaction avec d’autres facteurs comme l’âge, la situation familiale, le niveau d’éducation, l’activité professionnelle, les revenus ou la position sociale, influence la relation des individus, des groupes sociaux et de la société dans son ensemble avec la santé. Dans la Russie post-soviétique, la distinction des genres dans l’analyse de l’évolution de la situation sanitaire permet d’aller au-delà du seul constat de la détérioration de la santé publique, que traduit entre autres une mortalité accrue.1

2Cette étude cherchera d’abord à définir les grands paramètres de la différence des sexes dans le système de santé russe. En s’appuyant sur des enquêtes chiffrées récentes, elle mettra ensuite en lumière les différentes façons dont chaque sexe perçoit sa propre santé, les spécificités des formes de mortalité et de morbidité liées au genre, ainsi que les disparités hommes-femmes dans l’accès aux soins. Une attention particulière sera ensuite portée à la question du sida, et aux discriminations qui, en ce domaine, frappent les femmes. À voir les effets de la division sociale des rôles sexuels, et les disparités financières qui influent sur l’accès aux soins, il importe que les politiques publiques en matière de santé prennent toute la mesure du facteur de genre dans la nécessaire définition d’une stratégie plus efficace et moins discriminatoire.

La différence des sexes dans le système de santé russe

  • 2  – D.Sabo et G.Gordon, Men’s Health and Illness: Gender, Power and the Body,Londres, Sage, 1993(...)

3Le rôle des questions de genre dans les problèmes de santé publique est désormais bien reconnu. La question a été étudiée de façon satisfaisante d’un point de vue théorique et l’on dispose également d’une solide base d’études empiriques2. Dans ce contexte général, la situation russe présente des particularités qui sont liées à deux facteurs objectifs.

4Premièrement, les formes originales du système de santé sont liées à l’héritage du modèle de développement suivi par la Russie au xxesiècle. À l’époque soviétique, les structures sanitaires étaient contrôlées par l’État et présentaient les caractéristiques suivantes:

  1. couverture de l’ensemble de la population du pays,

  2. accès à une large palette de services médicaux,

  3. gratuité de l’accès aux soins pour la population,

  4. réseau d’établissements médicaux chargés de la politique de prévention, de la prophylaxie, de la prise en charge et de la réinsertion des convalescents,

  5. haut niveau de qualification du personnel médical.

5Il faut noter qu’au cours de la période soviétique, le système de santé s’est complexifié et s’est appuyé sur les moyens politiques des structures d’État pour centraliser -l’ensemble de l’appareil médical et sanitaire. Malgré ses insuffisances ponctuelles, le modèle mis en place par le premier commissaire du peuple à la Santé, Nicolas Alexandrovitch Semachko, a permis d’offrir à la population un système de soins sans précédent qui est parvenu à éradiquer rapidement les maladies infectieuses telles que la tuberculose, les maladies sexuellement transmissibles et la variole. La protection de la santé des citoyens était considérée comme une priorité de la politique sociale qui intégrait les objectifs d’égalité entre les sexes, d’émancipation et d’intégration des femmes dans la sphère sociale et professionnelle.

6Au début des années1990, dans une logique de transition vers l’économie de marché, la Russie a entrepris des réformes qui ont affecté l’ensemble du système de santé. La voie choisie fut celle d’un démantèlement complet des structures soviétiques pour mettre en place un nouveau système de soins sur des bases commerciales. Ce choix fut dicté en grande partie par des facteurs idéologiques et politiques à l’heure où les réformes partaient du seul postulat: «peu importe comment, mais plus jamais comme sous l’URSS». En conséquence, tous les indicateurs démographiques et sanitaires du pays se sont détériorés et les inégalités devant la santé, liées aux facteurs humains ou financiers, ont pris une ampleur considérable. Une part importante de la population s’est retrouvée de facto privée d’accès à une médecine de qualité. Ce phénomène s’explique par la mise en œuvre de politiques sanitaires qui ont réduit au minimum la participation de l’État aux programmes de santé publique, au profit d’une logique de prise en charge individuelle des dépenses de santé.

7Les différences de situations entre hommes et femmes dans le système de santé ont connu des évolutions distinctes selon qu’on analyse le phénomène à l’échelle des patients et/ou des bénéficiaires des soins, à celle des intervenants et des acteurs du système de santé, ou à celle des décideurs, au niveau législatif et administratif.

8Avant1991, la différence des sexes ne jouait aucun rôle dans les formes de prise en charge du patient. Le «modèle Semachko» développé en URSS rendait impossible toute discrimination ou toute inégalité dans l’offre médicale entre hommes et femmes. Dans une certaine mesure, la situation de ces dernières était privilégiée car, depuis1918, les politiques de santé publique accordaient une attention particulière à la protection de l’enfance et de la maternité.

  • 3  – Jenchtchiny i moujtchiny v Rossii, 2006: statistitcheski sbornik [Femmes et hommes en Russie, 2 (...)

9La féminisation du personnel médical en Russie est un phénomène ancien, aussi bien dans les métiers infirmiers que parmi les médecins. Dans ce domaine, les femmes sont parvenues à s’imposer face à leurs homologues masculins. Les réformes n’ont pratiquement pas modifié cette situation. En2005, on compte chez les médecins 69 de femmes et 31% d’hommes3. En ce qui concerne le personnel d’encadrement, en revanche, à l’échelle des différents établissements aussi bien que dans les administrations en charge des politiques de santé, les hommes dominent. Dans toute l’histoire de l’URSS et de la Russie post-soviétique, on ne compte que deux femmes ministres de la Santé, Maria Dmitrievna Kovriguina (1950-1959) et Tatiana Borisovna Dmitrieva (1996-1998).

10La seconde particularité de la Russie est l’ampleur des disparités entre hommes et femmes dans le système de santé actuel. Cette situation est inhabituelle pour un pays industrialisé: les inégalités les plus aiguës entre les sexes et les cas de discrimination les plus brutaux à l’encontre des femmes dans le domaine de la santé (refus de soins, lésions causées aux organes génitaux féminins) s’observent généralement dans les pays en voie de développement. Mais en Russie, dans les années1990, la dégradation des conditions de vie, la contraction des ressources matérielles et financières, le chômage, la déliquescence des formes d’assistance sociale et, plus généralement, l’ensemble des désordres économiques et sociaux ont touché en premier lieu les femmes. L’évolution de leur statut social est caractérisée par une dégradation dans différents domaines de la vie publique, notamment celui de la santé.

11Dans un contexte marqué par la réduction des investissements publics dans le système de soins et par les modes de répartition de ces fonds amenuisés, la question du genre oblige à penser autrement les priorités des politiques de santé. Les disparités entre les sexes ne peuvent être traitées qu’en dépassant le problème du coût du système de santé.

  • 4  – «Natsionalny plan deïstvi po ouloutcheniou polojenia jenchtchin i povycheniou ikh roli v obchtc (...)

12Aujourd’hui, même si les réalisations effectives tardent souvent, la Russie a mis officiellement à l’ordre du jour l’amélioration de la couverture médicale des femmes, la garantie effective de leur droit à l’enfantement, l’encadrement sanitaire de la maternité, l’offre d’un système de soins gynécologiques, le développement de structures médico-sanitaires de pointe prenant en compte les besoins des femmes des différentes classes d’âge, et l’extension des aides spécialisées proposées aux femmes et aux jeunes filles4. Les difficultés de la Russie contemporaine ne se limitent cependant pas à la question traditionnelle de la santé féminine. Le taux anormalement élevé de mortalité chez les hommes en âge de travailler reflète la crise sanitaire qui touche également la population masculine. D’ordinaire, l’examen des questions de genre se concentre essentiellement sur la situation des femmes dans la société contemporaine. Dans le domaine de la santé, ces analyses soulignent, à l’inverse, des problèmes spécifiques à la population masculine.

  • 5  – Rossiski statistitcheski ejegodnik: statistitcheski sbornik Rosstat [Bilan statistique annuel r (...)

13Dans le système soviétique, les relations entre les sexes s’organisaient de façon relativement équilibrée dans tous les domaines de la vie publique et professionnelle. La symétrie des rôles féminins et masculins était appuyée, au niveau de l’appareil d’État, par la législation et par différents mécanismes politiques. Des quotas, par exemple, garantissaient l’élection de 30% de femmes au minimum dans les différents échelons des organes législatifs, les soviets. Le taux d’activité féminin était élevé. Les femmes représentaient près de 52% de la population active dans les années1980 et plus de 90% des femmes en âge de travailler avaient une activité professionnelle5. L’image de la femme comme membre actif de la vie politique, économique et sociale allait à l’encontre des stéréotypes traditionnels de la femme au foyer cantonnée dans ses tâches domestiques et familiales, laissant à l’homme la charge de nourrir le foyer en participant au marché du travail. Aujourd’hui, l’éligibilité des femmes est officiellement défendue en droit à tous les niveaux de la vie politique, mais dans les faits, triomphe insidieusement une image de la femme réduite à son rôle de maîtresse du foyer – un rôle que chérissent certains partis politiques comme le LDPR (Parti libéral démocrate de Russie, extrême droite nationaliste).

14Pas plus qu’à l’époque soviétique, il n’existe aujourd’hui aucune discrimination formelle à l’encontre des femmes dans le système de santé russe et les politiques publiques excluent toute différenciation entre les sexes. Mais là encore, ces positions de principe masquent la réalité. Les stéréotypes de comportements masculins, par exemple, ont une influence négative sur la santé des individus. Les normes culturelles dominantes de la virilité dévalorisent aux yeux des hommes le recours aux services médicaux comme un aveu de faiblesse alors que les conduites à risque sont considérées comme un attribut de la virilité.

15Quels sont les grands paramètres qui définissent les problèmes de santé masculins et féminins? Quelle est leur influence sur l’organisation du système de soins?La question de la santé féminine est liée à l’obstétrique. La protection de la maternité et de la petite enfance est une priorité des politiques de santé, prise en charge par des établissements spécialisés: consultations gynécologiques, maternités. Cette approche est cependant insuffisante, car elle ne prend pas en compte les autres problèmes de santé spécifiques aux femmes, la ménopause par exemple. La santé masculineest, avant tout, marquée par le problème d’une forte mortalité chez la population en âge de travailler, une situation qui agite beaucoup le débat public en Russie. Ces derniers temps, cependant, on note une progression conjuguée de la mortalité des hommes et des femmes en âge de travailler, ce qui est un phénomène nouveau.

16Bien que le taux de morbidité soit moins élevé chez les hommes, ils sont proportionnellement plus touchés par des affections vitales à des âges relativement jeunes. Les femmes sont affectées à un âge plus avancé par des maladies graves, qui sont plus rarement mortelles mais qui perturbent sérieusement leur mode d’existence. Cette dissymétrie alimente un second stéréotype selon lequel les hôpitaux sont engorgés par des patientes âgées venues consulter par désœuvrement et ne peuvent donc plus accueillir ceux qui en ont vraiment besoin.

17Les problèmes d’inégalités entre les hommes et les femmes se manifestent notamment dans les disparités de revenus qui se traduisent en termes d’accessibilité aux soins. En effet, les différences dans les rôles sociaux, les responsabilités accordées aux deux sexes et les inégalités dans l’accès aux richesses, au pouvoir et à l’information ont des conséquences directes sur la santé:

  1. les rôles distincts joués par les hommes et les femmes dans la société les -exposent, le plus souvent, à des risques sanitaires différents;

  2. les rôles masculins et féminins, les différences de niveau dans la prise de conscience des besoins médicaux, conduisent à des différences de comportement face à la maladie et aux soins. La fonction de «chasseur chargé de nourrir le foyer» attribuée aux hommes les incite parfois à négliger leurs problèmes de santé pour des raisons économiques;

  3. le manque d’attention porté par les structures médicales aux normes culturelles qui déterminent les comportements masculins et féminins contribue à réduire l’accessibilité des soins pour les femmes;

  4. traditionnellement, au sein de la famille, les soins aux malades sont une tâche féminine;

  5. les mesures de prévention destinées aux hommes et aux femmes diffèrent tant du point de vue de la demande sociale que quant à la qualité du service offert, une situation qui s’explique peut-être par les différences de ressources.

18Une dernière question importante concerne l’interaction entre la société et l’État face aux problèmes de genre en matière de santé. La participation des citoyens peut se mesurer à l’aune de ces deux questions: de quelle manière l’opinion des individus à l’égard des finalités et des structures du système de santé a-t-elle été écoutée? De quels moyens d’action et de quels droits ont disposé les citoyens pour influencer les décideurs? Les mécanismes de réforme du système de santé en Russie n’ont, malheureusement, laissé à la majorité des citoyens qu’une posture passive face à un processus qui, le plus souvent, les a négligés. En outre, aucune initiative n’a été prise pour expliquer à l’opinion les objectifs de la réforme et les modèles de société qui sont prônés.

19En conséquence, les orientations de la politique économique et sociale en Russie ne prennent pas en compte les besoins spécifiques de chaque sexe. Les postes à responsabilité au sommet de l’État sont contrôlés par des hommes qui se montrent peu enclins à considérer les différences liées au sexe. Le Projet national sur la santé, par exemple, présenté comme la ligne directrice des politiques sociales en Russie pour les prochaines années, ne prête aucune attention aux questions de genre, et le sexe ne fait pratiquement pas partie des paramètres utilisés.

  • 6  – Prava jenchtchin v Rossii: zakonodatelstvo i praktika [Les droits de la femme en Russie: le dr (...)

20En2006 fut adopté un Plan stratégique pour assurer l’égalité des droits et des chances entre les hommes et les femmes de la Fédération de Russie, préparé par la commission méthodologique du ministère de la Santé et du Développement social6. Le principe d’égalité entre les sexes est formulé, pour le domaine médical, comme «la protection de la santé de la population et de la santé de la reproductiondes hommes et des femmes».

21Les institutions chargées de garantir l’égalité des chances aux hommes et aux femmes, sous l’égide d’un Conseil de coordination sur les questions de genre aux fonctions purement consultatives, ne disposent pas des moyens nécessaires, financiers notamment, pour résoudre ces questions. Toute réforme a cependant un impact important sur la situation économique et sanitaire respective de chaque sexe. Les conséquences en termes de disparités sexuelles devraient donc être prises en compte aux stades de la planification, de la mise en œuvre et de la surveillance des réformes du système de santé pour garantir une définition pertinente des priorités et une utilisation efficace des ressources.

La différence des sexes dans l’auto-évaluation de la santé

22L’enquête nationale sur la situation des mères de familles et sur leur participation aux programmes sociaux, dite Nobus, publiée en avril2003, fournit des données intéressantes sur les différences dans la façon dont les hommes et les femmes perçoivent leur propre état de santé. L’enquête fut menée par sondage dans quatre-vingt-sept territoires de la Fédération de Russie et couvrait 45000 foyers. Les données traitées portent sur un échantillon de 5000 réponses.

Tableau 1a  

Tableau 1a  

Zdravookhranenie v Rossii, 2005: statistitcheski sbornik [La santé en Russie, 2005: recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2006.

Tableau 1b

Tableau 1b 

Auto-évaluation de la santé et pratiques de prévention. Ventilation des réponses au sein des différentes classes d’âge des deux sexes (en pourcentage du nombre total de réponses de chaque groupe)

23Le tableau1a montre que la proportion de personnes âgées de plus de 60ans qui jugent leur état de santé très bon est pratiquement la même chez les hommes et chez les femmes (respectivement 1% et 1,1%), alors que chez les personnes les plus jeunes, entre 16et 29ans, on observe une différence notable (respectivement 26% et 18,3%). L’analyse des réponses de ceux qui s’estiment en «très mauvaise santé» donne un résultat inverse: leur proportion est similaire chez les jeunes hommes et les jeunes femmes (respectivement 1,2% et 0,9%), mais très contrastées chez les personnes les plus âgées (22,7% des hommes seulement contre 55%des femmes jugent leur état de santé «très mauvais»).

24En outre, le tableau1b montre que les catégories de la population qui respectent le mieux la mesure de prévention qu’est l’établissement d’un bilan de santé annuel sont les enfants de moins de 16ans, sans qu’on sache s’il existe des différences entre garçons et jeunes filles. On ne distingue pas de contrastes très marqués entre les sexes chez les autres classes d’âge, les variations dans la conduite d’un bilan de santé annuel oscillant entre 33% et 22%.

  • 7  – Une réponse «satisfaisante» suggère l’existence de problèmes qui ne sont toutefois pas considé (...)
  • 8  – M.Iakimovitch, «Otsenka znani, oumeni i navykov podrostkov v otnochenii zdorovia» [Évaluation (...)

25En2003-2005, un projet d’«Éducation à la santé dans les établissements d’enseignement de la Fédération de Russie» fut mis en œuvre dans vingt-quatre écoles de cinq régions pilotes (les régions de Pskov, de Rostov sur le Don, de Moscou et les Républiques autonomes du Tatarstan et de Tchouvachie). Dans ce cadre, une enquête fut menée auprès des élèves âgés de 15-16ans sur les connaissances, les opinions et les pratiques des adolescents en matière de santé. Ces jeunes gens ont ainsi été interrogés sur la façon dont ils jugeaient leur état de santé. Les résultats présentent des différences statistiquement significatives entre les réponses des enfants des deux sexes. Par exemple, le taux de jeunes qui déclarent souffrir de maladies chroniques est plus élevé de 14points chez les filles que chez les garçons. Une jeune fille sur trois présente un déficit pondéral, une situation observée chez 37%de l’ensemble des élèves des écoles pilotes. Selon les données de l’enquête, 19% des jeunes gens et 33% des jeunes filles estiment leur état de santé «satisfaisant7» ou «mauvais». Les jeunes filles ont donc une vision plus négative de leur santé que leurs homologues masculins. Elles se plaignent le plus souvent de fatigue, de stress, de troubles du sommeil et, sur le plan corporel, souffrent de mal de dos, de crampes d’estomac et de maux de tête chroniques. Les réponses masculines et féminines présentent, enfin, des différences significatives en matière de symptômes psychosomatiques. Les résultats de cette enquête montrent que les stéréotypes courants qui différencient les hommes et les femmes dans l’auto-évaluation de leur santé s’observent dès l’adolescence8.

Les formes de mortalité et de morbidité liées au genre en Russie

26Les différences dans la situation sanitaire des hommes et des femmes sont examinées le plus souvent en termes de morbidité et de mortalité, deux paramètres qui présentent une situation paradoxale.

27Dans toutes les classes d’âge, le taux de mortalité féminine est inférieur à celui des hommes. L’espérance de vie des femmes est donc plus longue. Le taux de mortalité masculine dépasse celui des femmes dans pratiquement tous les pays du monde, quelles que soient les classes d’âge et le motif du décès. Mais en Russie, comme on l’a déjà noté, les contrastes dans la situation des deux sexes sont particulièrement marqués. En  2005, l’espérance de vie moyenne était établie à 65,1ans, respectivement 58,8 ans pour les hommes et 72 ans pour les femmes. On ne peut ignorer cette différence de plus de treizeans qui constitue une situation unique dans la démographie mondiale. Les études considèrent que la part du potentiel biologique de chaque sexe se limite à des différences de deuxà septans dans l’espérance de vie. Il faut donc conclure que la situation s’explique principalement par des causes socioéconomiques qui témoignent d’uneprécarité dont les origines sont à la fois sociales et démographiques.

Tableau 2

Tableau  2 
  • 9  – Rossiïski statistitcheski ejegodnik: statistitcheski sbornik Rosstat [Bilan statistique annuel (...)

Le taux de mortalité en Russie (pour 1000 habitants)9

28Chez les citadins, l’espérance de vie est un peu plus élevée et le contraste hommes-femmes moins marqué. Dans les zones rurales, à l’inverse, la divergence entre les deux populations s’observe beaucoup plus nettement, certains villages touchés par la migration n’étant plus peuplés que de femmes âgées. En  2015, la proportion de la population arrivant à l’âge de la retraite aura augmenté deux fois plus vite que celle des personnes qui auront atteint l’âge de travailler. En 2016, les 17-19 ans passeront de 3,46 millions de personnes aujourd’hui à 1,99 millions. La pyramide des âges sera nettement déséquilibrée. Étant donné que les femmes âgées sont plus exposées aux risques de la paupérisation, le gouvernement devra adapter sa politique d’assistance sociale à cette frange de la population.

29Le problème majeur posé par la baisse continue de la population russe, passée sous le seuil de 143 millions d’habitants en 2005 (contre près de 148 millions en1989), ne peut manquer d’avoir de lourdes conséquences sur la santé publique en général et sur le statut des femmes en particulier. Tandis que le pays est confronté à la -question du financement du système de soins et à la nécessité concomitante de faire face aux besoins médicaux des personnes âgées, la disparité croissante entre actifs et non-actifs pèse sur la cotisation des salariés, alors que les pensions de retraites peuvent être considérées comme une couverture sociale. En outre, la dégradation précoce de l’état de santé des générations actuelles ne manquera pas d’aiguiser les problèmes à l’avenir. Du point de vue de la différence des sexes, enfin, les femmes sont en position aggravée: ce sont elles qui ont les plus grands besoins en termes d’encadrement médical, alors même qu’elles sont surreprésentées parmi les personnes âgées.

30Le tableau3 rend compte des principales causes de mortalité chez les hommes et les femmes en Russie.

Tableau  3

Tableau  3 

Jenchtchiny i moujtchiny v Rossii: statisticheski sborni [Femmes et hommes en Russie: recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2002, 2004 et 2006.

31Pour expliquer l’effondrement de l’espérance de vie, plusieurs chercheurs soulignent les métamorphoses des normes du comportement masculin dans le nouveau contexte économique, marqué par une forte concurrence sur le marché du travail qui impose un allongement des journées de travail, dévalorise les acquis professionnels et empêche les hommes de jouer leur rôle «nourricier». Cette situation favorise le stress, phénomène dont la corrélation avec la mortalité est beaucoup plus marquée chez les hommes que chez les femmes. La crise des rôles sociaux masculins touche avant tout les quadragénaires.

32Ces dernières années, on observe une augmentation de la mortalité de la population en âge de travailler également chez les femmes, ce qui est un fait nouveau.

33Si les taux observés se perpétuent, 47% de la cohorte des jeunes gens âgés aujourd’hui de 16ans n’atteindra pas l’âge de 60ans. Au début du siècle, cette mortalité précoce représentait un peu plus de la moitié (55%) d’une classe d’âge. Cette forte mortalité masculine entraîne un net déséquilibre du ratio entre les sexes au sein de la population. Au début de l’année2006, on comptait 1158femmes pour 1000hommes.

Tableau 4

Tableau 4 

On constate certaines disparités dans les données de mortalité, pour une même année, dans les différents tableaux. Toutes les sources utilisées sont pourtant officielles. Les différences s’expliquent par les modes de calcul des statisticiens. Ainsi, dans le tableau  3, les taux de mortalité sont lissés: ils correspondent à la moyenne arithmétique des indicateurs des différentes classes d’âge (avec un incrément de cinq ans par classe d’âge). (NDLR)

Zdravookhranenie v Rossii, 2005 : statistitcheski sbornik [La santé en Russie, 2005  : recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2006 : p.27-28.

34En 2006, on a observé une baisse du taux de mortalité global. D’après les estimations, l’espérance de vie des hommes devrait s’établir, pour la première fois depuis huit ans, après l’âge d’accès à la retraite, en passant de 58,87  ans en 2005 à 60,37 ans, soit un gain d’une année et demie. Chez les femmes, cet indicateur a augmenté dans une moindre proportion, passant de 72,4  ans en 2005 à 73,23  ans. La mortalité infantile a baissé, confirmant la tendance antérieure: en  2006, ce taux atteint 10,2  décès pour 1000  enfants de moins de 1 an, contre 11,0  en 2005.

  • 10  – D.Saltman, Women and Health: An introduction. Sydney, Harcourt Brace Jovanovich, 1991, p.35.

35Les indicateurs statistiques utilisés dans le domaine de la santé ne reflètent pas toujours bien la situation des différents sexes. S’ils indiquent les domaines dans lesquels la santé des femmes est mieux protégée, ils ne permettent pas d’analyser les secteurs où la situation sanitaire des femmes est plus mauvaise que celle de leurs homologues masculins. Les données statistiques ont souvent une approche purement médicale et biologique de la santé qui ignore les facteurs sociaux. Par exemple, pour analyser la baisse des taux de mortalité, on ne peut pas s’arrêter à l’étude de l’affection létale, il faut prendre en compte la quantité et la qualité des soins proposés, le niveau de vie et la politique sociale dans son ensemble, comme un indicateur global de la situation sanitaire. Comme le remarque Saltman, «un des biais par lesquels les systèmes de santé actuels discriminent les femmes est l’attention qu’ils portent aux indicateurs de mortalité, alors que le principal besoin de cette population est une amélioration de son état de santé et non pas une baisse de son taux de mortalité10».

36La longévité des femmes est en soi un facteur explicatif du fort taux de morbidité féminine. La fréquence des problèmes de santé chez les femmes, comparativement à la population masculine, s’explique également par l’importance des problèmes gynécologiques et leur plus grande vulnérabilité aux maladies sexuellement transmissibles. La grossesse peut également être la source de complications médicales. Enfin, dans le cas de symptômes dépressifs, les femmes consultent un médecin plus souvent que les hommes.

37Les contrastes dans les taux de morbidité en Russie témoignent eux aussi de la différenciation des hommes et des femmes face à la santé. Dans un contexte général d’augmentation du taux de morbidité de la population, les indicateurs féminins augmentent le plus vite. L’évolution du nombre de malades du cancer en valeur absolue en témoigne: il a augmenté de 1,1% pour les femmes alors qu’il a baissé de 0,3% pour les hommes au cours de l’année 2002.

  • 11  – Zdravookhranenie…, op. cit., 2006.

38Si l’on classe les causes de décès des hommes et des femmes par grandes catégories (maladies cardio-vasculaires, accidents, blessures, maladies du système respiratoire, du système digestif, maladies infectieuses), les taux de mortalité masculine sont les plus élevés. En revanche, les taux de morbidité, c’est-à-dire la proportion de la population touchée par les différentes maladies (par exemple: tumeurs malignes, hypertension, ostéoporose, maladies des reins), sont plus élevés chez les femmes. Les hommes sont plus souvent victimes de problèmes cardiaques, de cancers, de coups et blessures, et de maladies professionnelles; ils se suicident davantage11.

  • 12  – E.Boudilova, L.Migranova, N.Rimachevskaïa et A.Terekhin, «Novoe issledovanie problem zdorov (...)

39L’analyse des différences dans la santé des hommes et des femmes doit prendre en compte l’évolution des modes de vie. On observe dans la société russe aujourd’hui la formation de sous-cultures qui s’expriment dans le comportement. Mais pour la majorité de la population, comme le remarquent avec justesse plusieurs études, l’évolution des cadres d’existence résulte de choix contraints. Dans le contexte de crise, de chômage et d’appauvrissement que connaît l’immense majorité de la population dans la Russie contemporaine, les choix existentiels sont le plus souvent liés à des impératifs sociaux, non à des options individuelles 12.

  • 13  – V.Shkolnikov et V.Chervyakov (éds), Policies for the Control of the Transition’s Mortality Cri (...)

40L’alcoolisme est le plus grave problème de société que connaît la Russie. Les conséquences pèsent en premier lieu sur les classes d’âge les plus productives. La part des décès liés à l’alcoolisme est la plus élevée chez les hommes en âge de travailler 13. Au cours de la dernière décennie, l’alcoolisme a progressé chez les femmes. Si, au début des années 1980, le ratio hommes-femmes chez les personnes touchées par les problèmes d’alcool était de 1 pour 10, à la fin des années 1990 il était déjà passé à 1 pour 6. En 2001, on comptait 51,6 femmes et 241,4 hommes touchés par l’alcoolisme et les psychoses alcooliques pour 100 000 personnes ; en 2005 ce taux atteignait respectivement les valeurs de 56,7 et 252,2. On observe également une augmentation de la mortalité liée aux effets de la consommation d’alcool (accidents en état d’ivresse, alcoolisme chronique, psychoses alcooliques et cirrhoses) : en 2000 le taux de décès liés à l’alcool s’établissait globalement à 14,4 décès féminins pour 100 000 habitants et à 16,4 dans la population en âge de travailler, en 2005 ces valeurs atteignaient 21,5 et 24,0. La hausse de la mortalité féminine est plus rapide que celle du taux masculin. Entre 2002-2005, le taux de mortalité liée à l’alcool a augmenté de 47 % chez les femmes et de 31 % chez les hommes.

  • 14  – L.Rjanitsyna (dir.), Trezvaïa ekonomika: ekonomitcheskaïa model protivodeïstvia alko- in narko (...)

41Le taux d’alcoolisme féminin officiellement enregistré par les structures de santé est passé de 13 % en 1990 à 17 % en 2003. Compte tenu du faible nombre de victimes de l’alcool qui se tournent vers les structures de soins, ce chiffre mériterait, au minimum, d’être multiplié par deux. On note une diminution des différences de comportement chez les hommes et les femmes face à l’alcool. Il y a vingt ans, on observait un décalage de près de huit ans entre les deux sexes dans l’âge moyen auquel s’affirmaient les problèmes d’alcoolisme. Aujourd’hui, cette différence est pratiquement nulle. La dépendance se développe plus rapidement chez les femmes et prend des formes plus aiguës, les modifications de caractère et la marginalisation sociale s’effectuent dans des délais très brefs 14.

42Les perspectives thérapeutiques sont, en outre, plus réduites chez les femmes. La tolérance sociale à l’égard de l’alcoolisme féminin est beaucoup plus faible et les formes de rejet plus violentes, ce qui pousse le sujet à cacher son addiction et à ne se tourner que tardivement vers les structures de soin – si cette démarche est jamais entreprise. On observe des phénomènes analogues dans le développement de la consommation de drogue chez les femmes.

43Ces dernières années, la consommation de bière a augmenté fortement. La production russe a été multipliée par 2,1 au cours des dix dernières années. La bière, mise en scène par des publicités qui en font l’incarnation d’un mode de vie libéré et décontracté, jouit d’un grand succès auprès des adolescents et de la jeunesse. Les manuels scolaires et la littérature de vulgarisation ne jouent pas leur rôle d’information auprès des enfants et des adolescents, ni sur les risques liés à l’alcool, ni sur les questions de fertilité et de reproduction. Il est possible que ce discours de prévention soit inaudible face à l’omniprésence et à l’éclat de la publicité télévisée. Cette situation est d’autant plus dangereuse que la diffusion des boissons faiblement alcoolisées s’appuie sur une stratégie de commercialisation proclamant que sans la bière, on ne peut être « ni fort, ni intelligent, ni joyeux ». Les mesures prohibitives sont malheureusement inefficaces, faute d’être relayées par un système effectif de contrôle et un programme raisonné d’information auprès des adolescents.

Les disparités hommes-femmes dans l’accès aux soins

  • 15  – M.Whitehead, The Concepts and Principles of Equity and Health. Copenhague, World Health Organis (...)

44L’égalité des sexes face à la santé implique une organisation du système de santé qui assure l’égalité d’accès aux soins des hommes et des femmes, une utilisation des services médicaux proportionnée aux besoins réels de chaque individu, quel que soit son sexe, et une qualité similaire des soins délivrés, que le patient soit un homme ou une femme 15. La question du genre prend donc une actualité particulière en Russie à l’heure où sont discutés les problèmes d’accès aux soins.

45Les disparités entre les sexes s’observent en premier lieu dans la distribution et l’accessibilité des ressources du système de santé. Dans un contexte d’abandon progressif de la gratuité de la médecine, l’accès aux soins est plus que jamais déterminé par les capacités financières du patient. Ainsi, puisque les femmes, comme groupe social, sont plus touchées par la pauvreté que les hommes, elles sont plus souvent confrontées à des difficultés de financement des soins.

  • 16  – Feminizatsia bednosti v Rossii [La féminisation de la pauvreté en Russie], Moscou, 2000; -I.Kr (...)

46Le fait que les femmes soient plus frappées par la pauvreté que les hommes est connu sous le nom « féminisation de la pauvreté » 16. L’examen des aspects sexués de la pauvreté fait ressortir trois éléments importants : la situation des hommes et des femmes face à la pauvreté n’est pas la même car les causes, les comportements adoptés et les voies de sortie de la précarité diffèrent.

  • 17  – Jenchtchiny i moujtchiny…, op.cit.,2004, p.149.

47Selon les données de l’enquête par sondagemenée par le comité d’État aux statistiques, la répartition par sexe de la population à revenus modestes montre que les femmes sont plus nombreuses parmi les personnes à faibles et très faibles revenus, notamment chez les personnes retraitées (tableau 5). Les données de l’année 2003 montrent que la proportion des personnes situées sous le seuil de pauvreté s’élève à 44,4 % chez les femmes et 34 % chez les hommes 17.

Tableau5

Tableau 5 

Sotsialnoe polojenie i ouroven jizni naselenie Rossii: statistitcheski sbornik [Situation sociale et niveau de vie de la population en Russie: recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2004, p.189; 2005, p.165.

  • 18  – Gendernoe ravenstvo i raschirenie prav i vozmojnostieï jenchtchin v kontekste tseleï razvitia ty (...)
  • 19  – Jenchtchiny i moujtchiny…, op. cit., 2006.

48Les recherches soulignent que la féminisation de la pauvreté s’explique à la fois par le fonctionnement du marché du travail et par des facteurs sociodémographiques. En premier lieu, la disparité entre les sexes est marquée par l’inégalité des salaires 18. En 2005, par exemple, le salaire moyen des femmes ne représentait, en Russie, que 61 % du salaire moyen masculin 19. En second lieu, les femmes sont majoritaires parmi les retraités et sont souvent à la tête d’une famille monoparentale. En outre, les femmes ont la charge des enfants et des autres membres du foyer, ce qui réduit leurs possibilités de revenus complémentaires. Les femmes sont les premières touchées par la politique de réduction de la participation de l’État au financement de santé et d’encouragement à la généralisation d’une médecine payante. Les femmes disposent, bien évidemment, tout comme les hommes, de ressources financières annexes, mais il faut souligner que de façon générale, dans la société russe, les revenus féminins sont beaucoup plus limités. Le financement des soins médicaux pose donc problème.

49En outre les situations de pauvreté sont vécues différemment par les hommes et par les femmes, une particularité qui n’est pratiquement pas prise en compte par la politique sociale. Face à une réduction de leurs revenus, les femmes russes ont tendance à sacrifier leurs dépenses de santé au profit des besoins des autres membres du foyer. Pour déterminer l’impact de cette situation, il faut chercher à savoir si ces problèmes de ressources sont ponctuels ou chroniques.

  • 20  – NGrigorieva et T.Tchoubarova, «VTO i gendernye problemy dostoupa naselenia k meditsinskim ous (...)

50Nous avons mené en 2005 une enquête sur les conséquences d’une éventuelle entrée de la Russie dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les disparités dans l’accès aux soins entre hommes et femmes 20. Nous cherchions à comprendre les effets de cette adhésion, notamment l’abandon de la gratuité des soins pour les femmes. Les données collectées au cours de ce travail et l’analyse d’autres recherches similaires donnent les résultats suivants.

51Telles qu’elles sont déjà mises en œuvre, les réformes du système de santé russe conduisent à la formation d’un marché de la médecine, à la privatisation de nombreux établissements de santé et à l’abandon de la gratuité des soins sous différentes formes. Elles posent donc de sérieuses difficultés dans le domaine de l’accès aux soins. Il paraît fort probable que l’adhésion à l’OMC aggravera les effets de cette conception marchande de la médecine, ne serait-ce que de façon collatérale, et qu’elle lui servira de catalyseur.

52Il est possible que les effets de la concurrence portent sur les formes de médecine les plus chères, qui échappent déjà aux capacités financières d’une grande partie de la population. Les experts craignent que la généralisation des soins payants ait des conséquences négatives sur la qualité des soins gratuits, notamment en raison du fait que la plus grande partie des soins payants sont assurés au sein des établissements publics. L’adhésion à l’OMC pourrait donc provoquer une différenciation encore plus nette du système de santé en donnant une impulsion au développement d’une médecine purement commerciale excluant toute forme de soins gratuits. Cela conduirait ensuite à un délitement du service public de santé et à une détérioration de la qualité des soins prodigués dans ces établissements. Dans un contexte de marchandisation de la santé, les femmes seront donc forcées de payer les soins alors que leur situation économique et sociale se dégrade.

53Le cumul des tendances actuelles des réformes du système de santé en Russie et des orientations libérales de l’OMC devrait donc avoir de graves conséquences sur l’accessibilité des soins pour les femmes et sur leur situation sanitaire. Dans cette situation, il faut que les problèmes de genre prennent un poids plus grand dans les débats sur l’avenir des structures médicales et de la protection sociale en Russie.

Le VIH/sida et les femmes

  • 21  – Razvitie epidemii SPIDa [Le développement de l’épidémie du sida], UNAIDS, 2006.

54Depuis le premier cas enregistré en 1987, plus de 320 000 infections par le VIH ont été officiellement recensées en Russie. Les experts de l’ONUSIDA et de l’Organisation mondiale de la santé estimaient à la fin 2003 le nombre de séropositifs en Fédération de Russie entre 420 000 et 1,4 millions de personnes, soit un taux de prévalence allant de 0,3 à 1,5 % de la population 21.

  • 22  – Rossia v 2015 godou: tseli i prioritety razvitia. Doklad o razvitii tchelovetcheskovo potentsia (...)

55Après une phase lente de croissance entre 1987 et 1995, l’épidémie a connu un pic en 1996 avec 1 515 nouveaux cas qui concernaient principalement des toxicomanes consommant des drogues à injection, contaminés par des seringues, des aiguilles, voire des substances infectées. Au cours de la seule année 2001, 88 577 nouvelles contaminations ont été recensées. Même si le rythme de développement de l’épidémie a ralenti, 30 000 à 40 000 nouveaux cas par an sont désormais enregistrés 22.

56Selon l’ONUSIDA et l’OMS, la propagation du VIH en Russie est aujourd’hui à un stade d’épidémie concentrée. Le taux de prévalence du virus ne dépasse 5 % que dans un seul groupe de la population, celui des toxicomanes, alors qu’il est inférieur à 1 %, par exemple, chez les femmes enceintes des zones urbaines.

  • 23  – Ibid.
  • 24  – Borba s VITch/SPIDom i drougimi zabolevaniami. Doklad o razvitii tchelovetcheskovo potentsiala v (...)

57Le VIH/sida est présent dans toutes les composantes territoriales de la Fédération de Russie, mais les contrastes régionaux sont importants, certaines zones restant encore à un stade primitif de développement de la maladie 23. Le danger de la situation est illustré par le fait que 70 % des cas de contamination se concentrent dans les dix régions les plus développées du pays 24.

58Entre 1996 et 2001, de 85 à 95 % des cas d’incidence du VIH étaient liés à l’injection de drogue. Depuis 2001, la part des contaminations lors de rapports hétérosexuels progresse, notamment chez les femmes. Chez ces dernières, le taux de contamination par la voie sexuelle est passé de 24 % en 2001 à plus de 40 % en 2004, tandis que la proportion de femmes dans l’ensemble des cas de contaminations par la voie sexuelle est passée de 54 % à 70 %. Les indicateurs font apparaître de plus en plus nettement un risque de généralisation pandémique.

59Près de 80 % des cas de contamination par le VIH touchent des personnes âgées de 15 à 30 ans. Les femmes constituent près de 30 % de la population séropositive, 90 % d’entre elles sont en âge de procréer, ce qui constitue un facteur de risque pour une progression des cas de transmission materno-fœtale au cours de la grossesse. Depuis 1987, près de 15 000 enfants sont nés séropositifs, les deux-tiers au cours des trois dernières années. Près de 10 % de ces enfants sont abandonnés à la naissance.

60Les formes de la propagation du VIH/sida en Russie sont liées aux évolutions qu’a connues le pays au cours des quinze dernières années. L’instabilité politique et économique, les crises financières, la succession de conflits armés ont contribué à déstabiliser une part importante de la population, victime de la pauvreté ou d’un déclassement social. Les enfants et les jeunes furent les plus touchés. L’éducation éthique et sexuelle, ou l’apprentissage de l’hygiène dans le cadre de l’école et de la famille présentent aujourd’hui d’importantes lacunes. Celles-ci sont à la source des problèmes d’insertion sociale de la jeunesse, d’un rejet du monde du travail, d’un refus de toute forme de responsabilité, d’un développement précoce de la sexualité, d’une banalisation de l’alcool et d’une dégradation prématurée de la fertilité. En matière de prévention du VIH et de la toxicomanie, la démarche essentielle consiste à modifier les comportements autodestructeurs des adolescents par des campagnes d’éducation à la santé.

61La fréquence des dépistages du VIH à l’occasion d’une grossesse augmente. En 2002, sur 100 000 femmes enceintes, 119,2 ont été testées positives. En 2003, chez une femme enceinte contaminée par le VIH sur cinq, la grossesse a été menée à son terme, une décision qui n’était prise que dans 3 % des cas en 2000. En 2004, 8 820 femmes séropositives ont donné naissance à une enfant. Pour comprendre ce phénomène, il faut rappeler que le pays connaît une situation de crise démographique et qu’une politique de soutien à la natalité a été mise en œuvre en 2007.

62Depuis le début des années 1990, les personnes issues des groupes à risque -dominent très largement la population séropositive, dans une proportion de plus de 70 %. Les comportements à risque dépendent de différents facteurs sociaux et psychologiques. Par ailleurs, on observe que le développement de l’épidémie du VIH/sida a pris des formes féminines spécifiques, car les femmes sont exposées à un risque de contamination deux fois plus élevé que les hommes. Les organes génitaux féminins sont plus sensibles à la transmission sexuelle du VIH que les organes masculins, et des facteurs socioculturels minorent pour les femmes la liberté de choix du partenaire ou l’utilisation de moyens de protection.  

63La combinaison de la séropositivité avec une grossesse s’observe de plus en plus souvent alors qu’il est désormais établi qu’une assistance médicale de qualité apportée dans les délais impartis permet d’empêcher la contamination du fœtus et du nourrisson. D’un point de vue médical, la séropositivité n’est pas une contre-indication pour une grossesse, mais elle place la mère, victime de discriminations sociales, voire médicales, dans une situation très difficile, comme en témoigne une enquête conduite à Saint-Pétersbourg, dont on donne les résultats en annexe.

64À l’heure actuelle, les cas de contaminations qui exigent l’emploi d’une trithérapie à base de médicaments antirétroviraux augmentent. Dans le cadre du quatrième programme du Fonds global du centre fédéral russe de lutte contre le sida, une enquête sur le taux de mortalité et les cas de refus de soins a été menée auprès de plus de 800 séropositifs, suivis de 1996 à 2003. Les résultats ont permis une modélisation selon laquelle, à la fin de l’année 2003, près de 56 000 personnes auraient besoin d’une trithérapie. Or, selon des données du début de l’année 2005, seuls 3 000 séropositifs et malades du sida sont soignés par des traitements anti-rétroviraux. La principale cause de ce déséquilibre est le manque de médicaments.

  • 26  – Kommounikatsii i konsoultirovanie v oblasti VITch-infektsii. Posobie dlia meditsinskikh rabotnik (...)
  • 27  – Rossia v 2015 godou…, op. cit., 2005.

65Il existe des recommandations précises en matière de prescription des dernières versions des médicaments antirétroviraux. Les patients séropositifs sont soignés par la trithérapie, complétée par des médicaments destinés à empêcher la contamination par des virus secondaires et le développement des affections liées au VIH. Les traitements utilisés à l’heure actuelle, les immunomodulateurs, ne sont toutefois pas très efficaces 26. La réussite de la trithérapie suppose la disponibilité de -médicaments récents à des prix accessibles. Or le coût des trithérapies en Russie est un des plus élevés au monde : de 4 000 à 10 000 dollars par patient et par an 27. Bien que la situation se soit améliorée au cours des dernières années, notamment grâce au soutien des organisations internationales, ce problème demeure.

28
  • 29  – « Towards universal access scaling up priority HIV/AIDs interventions in the health sector : pro (...)

66Cette évolution est soulignée dans la documentation internationale. Le rapport d’étape de l’OMS, de l’ONUSIDA et de l’UNICEF d’avril 2007, «Vers un accès aux soins pour tous: la nouvelle ampleur des actions prioritaires des politiques de santé dans la lutte contre le VIH/sida29», note que plusieurs pays, confrontés à une situation de pandémie du sida, sont parvenus à des résultats encourageants dans le traitement des femmes enceintes pour empêcher la transmission du virus de la mère à l’enfant. La Russie fait partie, avec l’Ukraine pour l’ex-URSS, des sept pays qui permettent l’accès aux trithérapies à plus de 40%des femmes enceintes séropositives. Ces progrès sur le plan thérapeutique permettent désormais de privilégier les efforts en matière de défense des droits et du statut social des malades.

67L’organisation du traitement des séropositifs et des malades du sida doit prendre en compte l’implication du patient dans la démarche de soins en offrant une aide et un soutien psychologique au malade, à sa famille et à ses proches. Mais à l’heure actuelle, le système de santé russe n’a pas les moyens d’assurer un tel encadrement au seuil d’une trithérapie. Une étude récente de l’University Research Corporation montre que dans plusieurs régions de Russie il n’existe pratiquement aucune structure d’aide à long terme et de soutien psychologique pour les malades du sida. Les séropositifs sont dans la majorité des cas impliqués dans la consommation illicite de drogue et la prostitution, il est donc très difficile de garantir la continuité du traitement.

  • 30  – En novembre 2007, 1 000 roubles correspondent à 28 euros.

68L’effort financier consenti à la lutte contre le VIH/sida dans le cadre du projet national «Santé» a été multiplié par17 entre2005 et2006 pour atteindre 3,1milliards de roubles30; les investissements prévus en 2007 s’élèvent à 7,7milliards. En 2007, le budget de l’État prévoit de consacrer 8,15milliards à la prévention de la maladie, soit 2,5fois la somme dépensée en2006. Ces efforts permettront de mettre en place des programmes et des initiatives à l’échelle régionale. Malgré ces progrès sur le plan médical et financier, le problème de l’exclusion sociale des séropositifs demeure. Le rejet et l’hostilité exprimés par le milieu social à l’égard des malades et de leurs enfants incitent les patients à cacher leur situation, adoptant ainsi un comportement potentiellement dangereux pour les personnes qu’ils côtoient. Cette situation est en grande partie liée au déficit d’information du public sur la nature du VIH/sida. La Fédération de Russie a officiellement adopté les recommandations de l’ONUSIDA en faveur de la coordination des initiatives de lutte contre le sida autour de trois programmes nationaux prioritaires. Pour autant, le morcellement perdure en ce domaine, compte tenu de la concurrence entre les différentes structures fédérales chargées de la mise en œuvre de cette politique.

Conclusion

69Les différences de statut social entre hommes et femmes, les particularités des modes de vie masculins et féminins et le rôle des politiques publiques dans la perpétuation ou la transformation de ces identités sexuelles soulignent la nécessité d’une analyse en termes de genre du système de santé. Le poids de l’appartenance sexuelle est cependant insuffisamment pris en compte dans l’analyse de la société russe et dans celle du système de santé, de même qu’il a longtemps été marginalisé dans la mise en œuvre des politiques publiques et dans la définition de stratégies de développement. À l’exception de l’espérance de vie à la naissance, les statistiques officielles ne permettent pas d’analyser les situations sanitaires et les fonctionnements des structures médicales qui sont déterminées par le sexe. Elles ne donnent qu’un éclairage univoque de la dégradation de la situation sanitaire et laissent dans l’ombre les besoins spécifiques de la population féminine en matière de santé.

70Les réformes sociales engagées en Russie au début des années1990 n’ont pas apporté les résultats escomptés. Les principaux indicateurs relatifs à la santé publique se sont détériorés. La mise en place de l’assurance médicale obligatoire a déçu les attentes et n’a pas permis d’améliorer les moyens médicaux; la décentralisation du système de santé a aggravé les inégalités, en termes de coût et de qualité des soins, entre les différentes régions de la Fédération de Russie. En conséquence, l’accès aux soins, qui était la priorité et la force du système de santé soviétique, s’est restreint. Les inégalités entre hommes et femmes, notamment, sont les plus fortes dans ce domaine. Elles sont liées à l’abandon de la gratuité et à la féminisation de la pauvreté en Russie. Les femmes, qui constituent un groupe social aux revenus fragiles et aux capacités de financements des soins limitées, sont à cet égard plus vulnérables que les hommes.

71Face à l’épidémie du VIH, les femmes sont les plus exposées en raison de facteurs biologiques de contamination et des conséquences de la maladie. Cette situation s’explique, en premier lieu, par l’attitude du milieu environnant et de la société dans son ensemble, qui constitue un élément traumatique plus marqué pour les femmes.

  • 31  – N. Grigorieva et T. Tchoubarova, op. cit., 2001.

72La complexité et la diversité des formes de disparités entre les sexes, y compris dans l’analyse du système de soins et dans la définition des politiques de santé publique, exigent d’examiner en termes de genre les politiques publiques pour trouver les solutions à ces discriminations31. L’égalité entre les sexes, dans nos États modernes, n’est pas une notion abstraite mais un enjeu politique très concret. Pour mettre fin aux discriminations, il faut une volonté politique, la mise au point d’une législation efficace, et la définition d’une politique économique et sociale adaptée.

73En Russie, la discussion des problèmes de genre, même si elle est limitée pour l’essentiel aux cercles d’experts, s’étend aujourd’hui à la sphère politique où sont prises les décisions qui permettent la mise en place de mécanismes efficaces. Ces questions, cependant, ne sont toujours pas considérées comme un enjeu essentiel des stratégies économiques et sociales. Elles prennent la forme, le plus souvent, de mesures disparates qui cherchent à refléter les grandes orientations de la bonne gouvernance mondiale mais qui ne procèdent pas d’une véritable prise en compte de l’importance du problème de l’inégalité hommes-femmes dans la société russe contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles

ButlerW., HIV/AIDS and Drug Misuse in Russia: Harm Reduction Programmes and the Russian Legal System, Londres, International Family Health, 2003.

BoudilovaE., L.Migranova, N.Rimachev-skaïa et A.Terekhin, «Novoe issledovanie problem zdorovianaselenia», [Une nouvelle approche des problèmes de santé -publique], Narodonaselenie,n°4 (34), 2006, en ligne: www.socpolitika.ru. [Enquête financée par le RFFI, Fonds russe de -recherche fondamentale.]

GrigorievaN., «Gosoudarstvennaïa politika v oblasti zdravookhranenia i genderny podkhod» [L’approche par le genre des politiques publiques de santé], in Doklad o razvitii tchelovetcheskovo potentsiala v Rossiskoï Federatsii 2002/2003 [Rapport sur le développement du potentiel humain en Fédération de Russie 2002-2003], Moscou, Ves Mir, 2003.

GrigorievaN., «Otsenka vypolnenia rekomendatsii Komiteta OON po likvidatsii diskriminatsii v otnochenii jenchtchin v oblasti zdorovia i zdravookhranenia» [Évaluation des recommandations du Comité de l’ONU pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes dans le domaine de la santé et le système de soins], in Monitoring prav jenchtchin v RF: tysiatcha jenskikh istori [Le monitoring des droits de la femme en Fédération de Russie: mille histoires de femmes], Moscou, 2007.

GrigorievaN. et T.Tchoubarova, Genderny podkhod v zdravookhranenii [La question du genre dans les politiques de santé publique], Moscou, Alfa Print, 2001.

GrigorievaN. et T.Tchoubarova, Sotsialnaïa politika: genderny aspekt [La politique sociale et la question du genre], Moscou, Olita, 2004.

GrigorievaN. et T.Tchoubarova, «VTO i gendernye problemy dostoupa naselenia k meditsinskim ouslougam v Rossii» [L’OMC et les problèmes de disparités hommes-femmes dans l’accès aux soins en Russie], Oupravlenie zdravookhraneniem, n°3 (19), 2006, p.49-72.

 Iakimovitch M., «Otsenka znani, oumeni i navykov podrostkov v otnochenii zdorovia» [Évaluation des connaissances, des opinions et des pratiques des adolescents en matière de santé], Oupravlenie zdravookhraneniem, n°1-2 (14-15), 2005, p.96-101.

Krokhova I. et N. Rimachevskaïa, «Bednost i zdorovie» [Pauvreté et santé], Narodonaselenie, n°4, 2001.

 OvtcharovaL. et L.Prokofieva, «Sotsial-no-ekonomitcheskie faktory feminizatsii bednosti v Rossii» [Les facteurs socio-économiques de féminisation de la pauvreté en Russie], in M.Malycheva (dir.), Ekonomika i sotsialnaïa politika: gendernoe izmerenie [L’économie et la politique sociale: analyses des questions de genre], Moscou, Academia, 2002.

 RjanitsynaL. (dir.), Trezvaïa ekonomika: ekonomitcheskaïa model protivodeïstvia alko- in narkozavisimosti [L’économie de la -tempérance: le modèle économique de lutte contre la dépendance alcoolique et toxicomaniaque], Moscou, Solteks - Nevski Prostor, 2005.

SaboD. et G.Gordon, Men’s Health and Illness: Gender, Power and the Body, Londres, Sage, 1993.

SaltmanD., Women and Health: An introduction, Sydney, Harcourt Brace Jovanovich, 1991.

 SeltsovskiA. (dir.), VITch/SPID v Rossii: tendentsii, problemy, mery protivodeïstvia [Le VIH/sida en Russie: tendances, problèmes, moyens d’action], Moscou, 2004.

ShkolnikovV. et V.Chervyakov (éds), Policies for the Control of the Transition’s Mortality Crisis in Russia,Moscou, PROON [représentation du PNUD en Russie], 2000.

WhiteheadM., The Concepts and Principles of Equity and Health, Copenhague, World Health Organization, 2000.

ZoubarevitchN., Sotsialnoe izmerenie regionov Rossii: problemy i tendentsii perekhodnovo perioda [Le profil social des régions russes: problèmes et tendances dans une période de transition], Moscou, URSS, 2003

Rapports

Borba s VITch/SPIDom i drougimi zabole-vaniami. Doklad o razvitii tchelovetcheskovo potentsiala v Rossiïskoï Federatsii 2005g. [La lutte contre le VIH/sida et les autres mala-dies. Rapport sur le développement du potentiel humain dans la Fédération de Russie en 2005], Moscou, Ves Mir, 2005.

Feminizatsia bednosti v Rossii [La féminisation de la pauvreté en Russie], Moscou, Ves Mir, 2000. [Publication financée par la Banque mondiale.]

«Gender and health: technical paper», Genève, World Health Organization, 1998.

Gender, Health and Development Facilitators Guide, Washington, Pan American Health Organisation, 1997.

Gendernoe neravenstvo v sovremennoï Rossii skvoz prizmou statistiki [L’inégalité entre les sexes en Russie au prisme de la statistique], Moscou, URSS, 2004.

Gendernoe ravenstvo i raschirenie prav i vozmojnostieï jenchtchin v kontekste tseleï razvitia tysiatcheletia [L’égalité entre les sexes et l’émancipation des femmes dans le -contexte des objectifs du Millénaire], Moscou, PROON [représentation du PNUD en Russie], 2005.

Gendernye problemy v Rossii. Po natsionalnym poublikatsiam 1993-2004gg. Dokoument Vsemirnogo Banka aprel 2004 [Les problèmes liés au genre en Russie d’après les publications nationales en1993-2004. Document de la Banque mondiale, avril 2004], Moscou, Banque mondiale, 2004.

Human Development Report 1997, New York, UNDP, 1997.

Jenchtchiny i moujtchiny v Rossii: statistitcheski sbornik [Femmes et hommes en Russie: recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2002, 2004 et 2006.

Kommounikatsii i konsoultirovanie v oblasti VITch-infektsii. Posobie dlia meditsinskih rabotnikov [Les informations et la consultation dans le domaine de l’infection par le VIH: manuel pour le personnel médical], Moscou, Zdorovia Rossii 2020, 2005. [Publication financée par le pogramme russe de l’United States Agency for International Development.]

Kompleksny podkhod k protivodejstviou VITch/SPIDou v Rossiskoï Federatsii: regionalny opyt [L’approche globale dans la lutte contre le VIH/sida dans la Fédération de Russie: les expériences régionales], Moscou, Barnaoul, Volgograd, 2007.

«Natsionalny plan deiïstvi po ouloutche-niou polojenia jenchtchin i povycheniou ikh roli v obchtchestve do 2000 goda» [Plan national d’action pour l’amélioration de la situation des femmes et la valorisation de leur rôle dans la société jusqu’en 2000], -Résolution du gouvernement de la Fédération de Russie n°1032 du 29août 1996, en ligne: http://www.owl.ru/win/docum/rf/plan.htm.

Prava jenchtchin v Rossii: zakonodatelstvo i praktika [Les droits de la femme en Russie : le droit et la pratique], n°1(16), 2004, numéro spécial consacré aux questions stratégiques.

Razvitie epidemii SPIDa [Le développement de l’épidémie du sida], UNAIDS, 2006.

Rossia v 2015 godou: tseli i prioritety razvitia. Doklad o razvitii tchelovetcheskovo potentsiala v RF 2005 [La Russie en 2015: objectifs et priorité de développement. Rapport sur le développement du potentiel humain en Fédération de Russie 2005], Moscou, PROON [représentation du PNUD en Russie], 2005.

Rossiïski statistitcheski ejegodnik: statistitcheski sbornik Rosstat [Bilan statistique annuel russe: recueil statistique Rosstat], 1994-2006.

Sotsialnoe polojenie i ouroven jizni naselenia Rossii 2004: statistitcheskij sbornik [Situation sociale et niveau de vie de la population en Russie, 2004: recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2004

The World Health Report 2000. Health Systems: Improving Performance, Genève, World Health Organization, 2000.

«Voprosy sotsialno-ekonomitcheskoï politiki Rossii v gendernom aspekte: po materialam seminara “Planirovanie, vnedrenie, monitoring i otsenka programm i proektov: gendernye perspektivy”, 10-14apreliâ 2000g.» [Les questions de politique sociale et économique en Russie et la -problématique du genre: travaux du séminaire des 10-14avril 2000, «Planification, pilotage et monitoring de programmes et de projets: aspects liés au genre»], Moscou, PROON [représentation russe du PNUD] et bureau de l’UNESCO à Moscou, 2000.

World Survey on the Role of Women in Development, New York, Nations unies, 1999.

Zdravookhranenie v Rossii, 2005: statistitcheski sbornik [La santé en Russie, 2005: recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2006.

Haut de page

Annexe

Femmes, sida et discrimination: l’enquête de Saint-Pétersbourg

En 2006, une étude a été menée dans le cadre du vaste projet « Mille histoires de femmes » lancé par le fonds non gouvernemental Institut de politique social et de promotion de l’égalité des sexes (Institut sotsialnoï i gendernoï politiki) et soutenu par le groupe d’étude de l’ONU consacré aux questions de genre. Un des objectifs du programme consistait à recueillir les témoignages de femmes relatifs au respect de leurs droits dans différents domaines, notamment en matière de santé 25. Svetlana Matveïeva a étudié les discriminations dont sont victimes les femmes séropositives à partir d’une enquête portant sur une quarantaine de personnes vivant à Saint-Pétersbourg.

Les discriminations et les cas de violation des droits des femmes contaminées par le HIV se traduisent le plus souvent par les insultes et le mépris de la part des proches, des amis, du personnel médical, des travailleurs sociaux. En outre, dans le cadre médical, les toxicomanes et les prostituées subissent les attitudes les plus hostiles. La stigmatisation des personnes séropositives s’observe non seulement dans les structures médicales généralistes, mais également dans les services spécialisés chargés de prendre en charge les personnes contaminées par le VIH. L’hostilité du personnel médical s’exprime souvent sous la forme de pressions pour inciter les femmes séropositives à avorter ou à abandonner leur enfant. Les participantes à cette série d’entretiens notent cependant que le suivi thérapeutique des femmes enceintes séropositives à Saint-Pétersbourg s’est amélioré au cours des dernières années.

La contamination par le VIH est une maladie de longue durée. À la différence des patients atteints par d’autres affections lourdes comme le cancer ou la tuberculose, les personnes séropositives ne rencontrent pas de sympathie particulière ni de soutien dans leur entourage quotidien. Si la plupart d’entre elles se sont résignées à cette situation, elles sont très inquiètes pour leurs enfants. Face au stigmate, au déshonneur, et à la dégradation qui parfois condamne les séropositifs à la solitude et à l’isolement, les femmes contaminées par le VIH cherchent le plus souvent à cacher leur situation. Mais cette volonté de discrétion a son revers car ces jeunes femmes, sans s’en rendre compte elles-mêmes, peuvent ainsi devenir une source de contamination. Cette situation s’explique avant tout par le manque d’information sur la maladie dans la société russe.

La contamination par le VIH transforme les modes de vie et les projets du malade. Les femmes peuvent être poussées à changer leur activité professionnelle, leur lieu de résidence, voire leur projet familial. En outre, la séropositivité influe sur la personnalité du malade en minant l’image de soi, le respect et la confiance en soi. Elle modifie la conscience de l’individu et son rapport au monde environnant. Souvent, le seul soutien dans cette situation existentielle difficile est la famille, notamment la mère. Il s’agit là d’un autre trait caractéristique de la situation russe : des femmes déjà âgées prennent en charge leurs filles et leurs petits-enfants. Il se forme ainsi une double discrimination : la séropositivité d’une fille et d’un nouveau-né pèse sur toute la famille élargie. De nombreux entretiens rendent compte de cas d’abandon de la famille par le père après la découverte de la séropositivité et de la grossesse de leur fille. Une « nouvelle famille » se constitue alors, composée du nourrisson, dont le statut viral n’est pas toujours connu, de la mère séropositive et de la grand-mère qui devient, de fait, le principal soutien moral et financier du groupe.

Les femmes séropositives sont angoissées par l’idée que leur secret soit trahi. L’enquête a révélé plusieurs cas de divulgation illégale de la séropositivité dans des hôpitaux non spécialisés, dans des établissements médicaux locaux ou dans des structurels sociales. Au mieux, les mères préfèrent attendre d’être fixées sur le statut viral de leur enfant avant de choisir l’attitude à adopter à son égard. Dans le pire des cas, elles déclarent d’emblée qu’elles lui cacheront leur séropositivité. De nombreuses mères séropositives ont la conviction, parfois erronée, que les services médicaux et sociaux cherchent à les séparer de leurs enfants. Elles alimentent une peur panique en ce domaine et préfèrent parfois refuser les traitements proposés, de peur qu’on cherche à remettre en cause leur statut parental.

Si les femmes enceintes, en théorie, ne sont pas soumises à une surveillance médicale obligatoire, dans les faits, la réglementation en vigueur à -SaintPétersbourg leur impose un test de dépistage du VIH. Les arrêtés locaux imposent deux analyses sanguines, lors de la déclaration de grossesse et au bout de la trente-cinquième ou trente-sixième semaine d’aménorrhée. L’examen s’accompagne d’un entretien médical. Lors de la prise en charge pour l’accouchement, un dernier test a parfois lieu. La procédure prévoit que les femmes testées positives au VIH soient envoyées auprès du centre municipal de prévention et de lutte contre le sida pour des examens approfondis, afin d’établir le diagnostic et de définir le traitement.

Aucune des patientes interrogées lors de l’enquête, pas plus qu’aucun membre de leur entourage immédiat, familial ou relationnel, ni aucun représentant des services sociaux, n’a essayé d’utiliser la loi pour se défendre contre les discriminations. Les entretiens montrent, à l’inverse, que ces femmes ne savent pas identifier les cas de violation de leurs droits, faute de connaissances juridiques élémentaires. Confrontées à ce type de situation dans un établissement médical, les patientes essaient plutôt de gérer la situation « discrètement », en changeant de structure de soins par exemple. Elles envisagent, par ailleurs, de se défendre par des moyens illégaux, en détruisant ou en « élaguant » les documents mentionnant leur séropositivité, ou en versant des pots-de-vin. Leur unique motivation est de parvenir à cacher le plus soigneusement possible leur séropositivité à leur entourage. Cette dissimulation est considérée par ces patientes et par leurs proches comme la meilleure protection contre les problèmes éventuels, à commencer par les discriminations, la stigmatisation et toute autre forme d’exclusion sociale dont elles pourraient souffrir. La majorité des patientes soulignent que le plus grand défaut des politiques publiques en matière de sida est qu’elles se concentrent sur la prévention mais négligent et ignorent complètement la prise en charge des malades.

Haut de page

Notes

1   – Cet article résulte d’une initiative du Centre franco-russe de recherches en sciences humaines et sociales à Moscou, propre à ce numéro de Transcontinentales. Le Centre en a également financé la traduction, qui a été réalisée par Benjamin Guichard.

2  – D.Sabo et G.Gordon, Men’s Health and Illness: Gender, Power and the Body,Londres, Sage, 1993;Human Development Report 1997, New York, UNDP, 1997; «Gender and health: technical paper»,Genève, World Health Organisation, 1998; N.Grigorieva et T.Tchoubarova, Genderny podkhod v zdravookhranenii [La question du genre dans les politiques de santé publique], Moscou, Alfa Print, 2001.

3  – Jenchtchiny i moujtchiny v Rossii, 2006: statistitcheski sbornik [Femmes et hommes en Russie, 2006: recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2007.

4  – «Natsionalny plan deïstvi po ouloutcheniou polojenia jenchtchin i povycheniou ikh roli v obchtchestve do 2000 goda» [Plan national d’action pour l’amélioration de la situation des femmes et la valorisation de leur rôle dans la société jusqu’en 2000], Résolution du gouvernement de la -Fédération de Russie n°1032 du 29août 1996.

5  – Rossiski statistitcheski ejegodnik: statistitcheski sbornik Rosstat [Bilan statistique annuel russe: recueil statistique Rosstat], 1994.

6  – Prava jenchtchin v Rossii: zakonodatelstvo i praktika [Les droits de la femme en Russie: le droit et la pratique], n°1(16), 2004, numéro spécial consacré aux questions stratégiques.

7  – Une réponse «satisfaisante» suggère l’existence de problèmes qui ne sont toutefois pas considérés comme graves et qui n’entravent pas la scolarité.

8  – M.Iakimovitch, «Otsenka znani, oumeni i navykov podrostkov v otnochenii zdorovia» [Évaluation des connaissances, des opinions et des pratiques des adolescents en matière de santé], Oupravlenie zdravookhraneniem, n°1-2 (14-15), 2005, p.96-101.

9  – Rossiïski statistitcheski ejegodnik: statistitcheski sbornik Rosstat [Bilan statistique annuel russe: recueil statistique Rosstat], 2006, p.115-116.

10  – D.Saltman, Women and Health: An introduction. Sydney, Harcourt Brace Jovanovich, 1991, p.35.

11  – Zdravookhranenie…, op. cit., 2006.

12  – E.Boudilova, L.Migranova, N.Rimachevskaïa et A.Terekhin, «Novoe issledovanie problem zdorovia naselenia» [Une nouvelle approche des problèmes de santé publique], Narodonaselenie, n°4(34), 2006, en ligne: www.socpolitika.ru.

13  – V.Shkolnikov et V.Chervyakov (éds), Policies for the Control of the Transition’s Mortality Crisis in Russia, Moscou, PROON [représentation du PNUD en Russie], 2000.

14  – L.Rjanitsyna (dir.), Trezvaïa ekonomika: ekonomitcheskaïa model protivodeïstvia alko- in narkozavisimosti [L’économie de la tempérance: le modèle économique de lutte contre la dépendance alcoolique et toxicomaniaque], Moscou, Solteks - Nevski Prostor, 2005.

15  – M.Whitehead, The Concepts and Principles of Equity and Health. Copenhague, World Health Organisation, 2000. Borba s VITch/SPIDom i drougimi zabolevaniami. Doklad o razvitii tchelovetcheskovo potentsiala v Rossiïskoï Federatsii 2005g[La lutte contre le VIH/sida et les autres maladies. Rapport sur le développement du potentiel humain dans la Fédération de Russie en 2005], Moscou, Ves Mir, 2005.

16  – Feminizatsia bednosti v Rossii [La féminisation de la pauvreté en Russie], Moscou, 2000; -I.Krokhova et N.Rimachevskaïa, «Bednost i zdorovie» [Pauvreté et santé], Narodonaselenie, n°4, 2001; L.Ovtcharova et L.Prokofieva, «Sotsialno-ekonomitcheskie faktory feminizatsii bednosti v Rossii» [Les facteurs socioéconomiques de féminisation de la pauvreté en Russie], in M.Malycheva (dir.), Ekonomika i sotsialnaïa politika: gendernoe izmerenie [L’économie et la politique sociale: analyses des questions de genre], Moscou, Academia, 2002.

17  – Jenchtchiny i moujtchiny…, op.cit.,2004, p.149.

18  – Gendernoe ravenstvo i raschirenie prav i vozmojnostieï jenchtchin v kontekste tseleï razvitia tysiatcheletia [L’égalité entre les sexes et l’émancipation des femmes dans le contexte des objectifs du Millénaire], Moscou, PROON [représentation du PNUD en Russie], 2005.

19  – Jenchtchiny i moujtchiny…, op. cit., 2006.

20  – NGrigorieva et T.Tchoubarova, «VTO i gendernye problemy dostoupa naselenia k meditsinskim ouslougam v Rossii» [L’OMC et les problèmes de disparités hommes-femmes dans l’accès aux soins en Russie], Oupravlenie zdravookhraneniem, n°3 (19), 2006, p.49-72.

21  – Razvitie epidemii SPIDa [Le développement de l’épidémie du sida], UNAIDS, 2006.

22  – Rossia v 2015 godou: tseli i prioritety razvitia. Doklad o razvitii tchelovetcheskovo potentsiala v RF 2005 [La Russie en 2015: objectifs et priorité de développement. Rapport sur le développement du potentiel humain en Fédération de Russie 2005], Moscou, PROON [représentation du PNUD en Russie], 2005.

23  – Ibid.

24  – Borba s VITch/SPIDom i drougimi zabolevaniami. Doklad o razvitii tchelovetcheskovo potentsiala v Rossiïskoï Federatsii 2005 g. [La lutte contre le VIH/sida et les autres maladies. Rapport sur le développement du potentiel humain dans la Fédération de Russie en 2005], Moscou, Ves Mir, 2005.

25  – Pour une expertise plus approfondie du projet : N. Grigorieva, « Otsenka vypolnenia rekomendatsii Komiteta OON po likvidatsii diskrimininatsii v otnochenii jenchtchin v oblasti zdorovia i zdravookhranenie » [Évaluation des recommandations du Comité de l’ONU pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes dans le domaine de la santé et le système des soins], in Monitoring prav jenchtchin v RF : tysiatcha jenskikh istorij [Le monitoring des droits de la femme en Fédération de Russie : mille histoires de femmes], Moscou, 2007.

26  – Kommounikatsii i konsoultirovanie v oblasti VITch-infektsii. Posobie dlia meditsinskikh rabotnikov [Les informations et la consultation dans le domaine de l’infection par le VIH : manuel pour le personnel médical], Moscou, Zdorovia Rossii 2020, 2005.

27  – Rossia v 2015 godou…, op. cit., 2005.

28  – Projet d’étude russe présenté pour le 4e programme du Fonds global du centre fédéral de lutte contre le sida, avril 2004.

29  – « Towards universal access scaling up priority HIV/AIDs interventions in the health sector : progress report », World health organization, UNAIDS, UNICEF, avril 2007. Consultable en ligne à l’adresse suivante : www.who.int/hiv/mediacentre/universal_access_progress_report_en.pdf.

30  – En novembre 2007, 1 000 roubles correspondent à 28 euros.

31  – N. Grigorieva et T. Tchoubarova, op. cit., 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1a  
Crédits Zdravookhranenie v Rossii, 2005: statistitcheski sbornik [La santé en Russie, 2005 : recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2006.
URL http://transcontinentales.revues.org/docannexe/image/711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 1b
Légende Auto-évaluation de la santé et pratiques de prévention. Ventilation des réponses au sein des différentes classes d’âge des deux sexes (en pourcentage du nombre total de réponses de chaque groupe)
URL http://transcontinentales.revues.org/docannexe/image/711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau  2 
Légende Le taux de mortalité en Russie (pour 1 000  habitants) 9
URL http://transcontinentales.revues.org/docannexe/image/711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau  3 
Crédits Jenchtchiny i moujtchiny v Rossii: statisticheski sborni [Femmes et hommes en Russie : recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2002, 2004 et 2006.
URL http://transcontinentales.revues.org/docannexe/image/711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 4 
Légende On constate certaines disparités dans les données de mortalité, pour une même année, dans les différents tableaux. Toutes les sources utilisées sont pourtant officielles. Les différences s’expliquent par les modes de calcul des statisticiens. Ainsi, dans le tableau  3, les taux de mortalité sont lissés : ils correspondent à la moyenne arithmétique des indicateurs des différentes classes d’âge (avec un incrément de cinq ans par classe d’âge). (NDLR)
Crédits Zdravookhranenie v Rossii, 2005 : statistitcheski sbornik [La santé en Russie, 2005  : recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2006 : p. 27-28.
URL http://transcontinentales.revues.org/docannexe/image/711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 5 
Crédits Sotsialnoe polojenie i ouroven jizni naselenie Rossii: statistitcheski sbornik [Situation sociale et niveau de vie de la population en Russie : recueil statistique], Moscou, Rosstat, 2004, p. 189 ; 2005, p. 165.
URL http://transcontinentales.revues.org/docannexe/image/711/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 6 
URL http://transcontinentales.revues.org/docannexe/image/711/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalia Grigorieva et Tatiana Tchoubarova, « Hommes et femmes face à la santé dans la Russie post-soviétique », Transcontinentales [En ligne], 5 | 2007, document 5, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://transcontinentales.revues.org/711

Haut de page

Auteurs

Natalia Grigorieva

Politologue, Natalia Grigorieva est professeur à la faculté d’Administration publique de l’université d’État de Moscou, et rédactrice en chef de la revue russe Health Management (www.healthmanagement.ru). Ses recherches portent sur les politiques sociales et de santé, et sur les problèmes de genre, en particulier en matière de santé. Elle a participé, sur ce thème, à la rédaction du Rapport sur le développement humain dans la Fédération de Russie (UNDP 2002). Elle est co-auteur avec Tatiana Tchouboreva de deux ouvrages en russe: Genderny podkhod v zdravookhranenii [La question du genre dans les politiques de santé publique], Moscou, Alfa Print, 2001 et Sotsialnaïa politika: genderny aspekt [La politique sociale et la question du genre], Moscou, Olita, 2004, ce dernier traduit en anglais: Social Policy: A Gender Aspect (Canada, CTPL, 2006).

Grigorieva@spa.msu.ru

Tatiana Tchoubarova

Directrice du Centre d’études sociales de l’Institut d’économie de l’Académie des sciences de Russie, Tatiana Tchoubarova a passé sa thèse à la London School of Economics sur des problématiques de santé en Russie. Ses travaux portent principalement sur l’économie de la santé et sur les politiques de santé en Russie, en étudiant entre autres l’impact des questions de genre sur le développement du système de santé. Elle est co-auteur avec Natalia Gregorieva de deux ouvrages en russe portant sur ces thèmes : Genderny podkhod v zdravookhranenii [La question du genre dans les politiques de santé publique], Moscou, Alfa Print, 2001et Sotsialnaïa politika: genderny aspekt [La politique sociale et la question du genre], Moscou, Olita, 2004, ce dernier traduit en anglais: Social Policy: A Gender Aspect (Canada, CTPL, 2006).

chubarova@transecon.ru

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page