Navigation – Plan du site

La revue

Les clés du monde sont de plus en plus complexes. Pour en déchiffrer l’ordre et les désordres, les dynamiques et les blocages, il faut analyser tout à la fois les forces qui structurent le système mondial, celles qui l’altèrent, celles qui le contestent. Il faut décrypter le jeu des sociétés, enracinées dans leur territoire et leur culture, mais aussi ouvertes aux flux transnationaux des idées, des marchandises et des personnes. À l’heure d’une intensification des relations sociales à l’échelle planétaire, la nation n’est plus l’unique référent et les relations entre le local et le global doivent se penser en tension. Face au jeu de la mondialisation et des constructions régionales, l’histoire est mobilisée, les identités réinventées, l’avenir imaginé. Des liens transnationaux de toute sorte émergent au-delà du local et par dessus les grandes aires culturelles. Le jeu inégal des puissances ne se limite plus aux seuls pouvoirs des États. De nouveaux acteurs émergent : des multinationales, des ONG, des fondations mais aussi des organisations régionales ou internantionales souhaitent participer à l’organisation et la réguation des fllux à l’échelle mondiale. Ces diverses formes de pouvoir se construisent dans des logiques planétaires. Il se dessine alors de nouveaux lieux de pouvoir comme les organisations internationales où se joue la construction du monde de demain. La globalisation n’est ni bonne ni mauvaise, c’est un fait social majeur qui verrouille ni les débats, ni les compétitions entre pouvoirs, ni les aspirations à un monde meilleur. Elle produit autant des formes d’émancipation que de domination. Sont en cause des valeurs, des intérêts, des utopies, des tensions, des crises, des désastres mais aussi des espoirs, qui redonnent à l’impératif de réflexion intellectuelle tout son poids. Les ruses de la dialectique sont infinies, comme en témoignent les enchevêtrements du Nord et du Sud, du global et du local, du national et du multilatéral. Tout un ensemble de questions majeures ne peuvent plus être résolues à l’éhelle d’une société. La quête de sécurité n’est plus seulement militaire : elle devient tout autant alimentaire, sanitaire, économique, sociale, environnementale. Les sciences humaines et sociales doivent contribuer à analyser ces phénomènes liés à la globalisation du monde et permettre de repenser la question de la régulation de l’ensemble de ces flux pour ouvrir de nouvelles pistes de réflexion pour le monde de demain. Transcontinentales s’appuie essentiellement sur des analyses produites par des chercheurs travaillant dans les instituts français à l’étranger qui sont au plus près des réalités locales car il importe d’être à l’écoute du monde, sur les terrains, tout en croisant les analyses et les regards, pour nourrir de façon pertinente les grands débats d’idées.

Implantés dans plus de 25 pays, sur quatre continents, de la Russie à la Chine, de l’Europe au Japon, de l’Inde à l’Asie centrale et à l’Asie du Sud-Est, de la Turquie et de l’Iran au Proche-Orient et au Maghreb, de l’Egypte à l’Afrique du Sud, du Mexique au Pérou, les instituts français de recherche offrent une opportunité de décentrement face aux problématiques de la mondialisation.