Navigation – Plan du site

La ruée vers la terre

Logiques transnationales d’appropriation foncière
Boris Petric

Texte intégral

1Depuis une décennie, nous assistons à la constitution d’un marché foncier mondial dans le domaine agricole et rural. Des États, des multinationales, mais aussi des investisseurs financiers cherchent à acquérir ou contrôler, par l’achat ou la location, des surfaces agricoles à différents endroits de la planète. Ces exploitations peuvent parfois atteindre plusieurs milliers d’hectares et répondent à différentes stratégies. Des États justifient leurs acquisitions par le déficit alimentaire de leur propre société, qu’il leur faut pallier ; des multinationales souhaitent contrôler davantage la production de matière première à l’échelle mondiale afin d’accroître leur développement ; des investisseurs considèrent la terre et les matières premières alimentaires comme une valeur refuge, voire, une valeur spéculative dans le contexte actuel d’une crise du système financier. Ces déplacements du contrôle de la production, qui reflètent aussi des déplacements concernant l’organisation du marché et de la régulation, ont un impact sur la réalité foncière des différentes sociétés.

2Quelques épisodes récents ont médiatisé ce phénomène, donnant le sentiment que nous assistions à une gigantesque partie de Monopoly sur la terre, qui se joue à l’échelle mondiale.

  • 1  « Les Indiens Mapuches contre l’empire Benetton », publié dans l’hebdomadaire Le Point du10 févrie (...)
  • 2  http://farmlandgrab.org/cat/show/237

3La firme internationale Benetton1 fait actuellement l’objet d’une procédure judiciaire en Argentine2. Les frères Benetton y possèdent plus de 900 000 hectares notamment pour accroître leur production de laine mérinos nécessaire à leur expansion mondiale. La cession de ces terres par l’État argentin à la marque italienne a pris de court la population mapuche qui y habite et en fait usage depuis des siècles. L’État argentin a finalement introduit la notion de la propriété privée exclusive dans une localité où l’usage de la nature ne s’est jamais posé en ces termes. Soutenus par des ONG locales et internationales, des leaders mapuches intentent donc actuellement un procès à la firme italienne et à l’État argentin.

4Cette situation illustre un processus beaucoup plus largement répandu concernant la diffusion d’une norme globale autour de la propriété privée. Elle se manifeste par le renforcement du poids des bureaucraties, et donc de l’État, dans la possibilité de céder de grandes surfaces à des acteurs étrangers. Certains gouvernements ou bureaucraties, avec la complicité d’acteurs économiques transnationaux, tendent à généraliser le principe de la propriété en proposant des contrats de propriété ou des baux à des étrangers pour l’exploitation à grande échelle de vastes zones rurales. Or, beaucoup de communautés dans le monde considèrent encore que la terre n’est pas aliénable et que la relation à la nature est fondée sur divers droits d’usage propres à chaque société.

  • 3  Financial Times, 19 novembre 2008.
  • 4  Source : ONU, Programme alimentaire mondial, rapport annuel, 2007.

5Un second cas, qui a été particulièrement médiatisé, illustre une autre tendance lourde de l’essor d’un agrobusiness mondial par le développement de groupes économiques très puissants agissant à l’échelle planétaire. L’entreprise Daewoo3, véritable État dans l’État en Corée du Sud, a tenté de prendre le contrôle de centaines de milliers d’hectares pour étendre ses activités agricoles à Madagascar. Elle souhaitait développer la culture de riz et de céréales pour approvisionner le marché intérieur sud-coréen tout en ayant la possibilité d’accroître sa participation aux échanges mondiaux de matières premières alimentaires. Alors que 6 millions d’habitants4 n’accèdent pas au minimum pour se nourrir à Madagascar, le géant coréen s’apprêtait à signer un accord historique avec le président malgache Ravalomana, prévoyant la location de plus d’un million d’hectares de terres arables pour une production destinée à l’exportation. La divulgation des tractations a déclenché une mobilisation sans précédent dont l’ampleur a obligé le président Ravalomana à abandonner précipitamment ses fonctions. Le 18 mars 2009, le nouvel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, a purement et simplement annulé l’accord, en déclarant que « les terres de Madagascar ne sont ni à vendre ni à louer ». Il faut bien comprendre que le départ de Ravalomana et la contestation ont eu un retentissement international très important.

6L’épisode malgache met en lumière deux phénomènes distincts qui méritent autant d’attention. Il y a bien sûr le développement d’un agrobusiness lié à la constitution d’un marché mondial des matières premières alimentaires (riz, maïs, soja, etc.) sur lequel les États ont de moins en moins d’influence, notamment en ce qui concerne la fixation des prix. C’est aussi l’illustration d’un déplacement des nouvelles mobilisations politiques du local vers le global. En effet, la contestation politique malgache témoigne de la multiplication de situations où des arènes politiques nationales connaissent de grands changements quant au fonctionnement de la politique. Ces pays font face aux stratégies de grands acteurs de l’agrobusiness, mais voient également émerger des mouvements sociaux inédits où d’autres acteurs internationaux et transnationaux s’opposent à la stratégie de ces grands groupes. Ces batailles politiques sont alors prises dans des logiques globales qui peuvent dépasser les simples enjeux locaux. À Madagascar, divers acteurs, comme des ONG et des organisations internationales mais aussi certains pays-puissances très investis dans l’île, ont relayé le mécontentement local et ont contribué à l’échec du projet Daewoo. Il est à noter qu’aujourd’hui, Madagascar n’est pas un espace politique comme un autre. On y voit justement l’émergence d’une nouvelle forme de combat politique à l’échelle globale lié à la protection de la nature. Cette île est considérée comme un haut lieu de la biodiversité mondiale et fait donc l’objet d’une attention inédite de la part de ces multiples acteurs qui entendent contribuer à protéger ce patrimoine mondial. Cette nouvelle forme d’interaction, qui a certes contribué à faire échouer le projet d’une entreprise privée comme Daewoo, n’est pas sans poser de nouveaux défis à la société malgache.

7De nouveaux acteurs se révèlent et réagissent face à ces pouvoirs économiques. Des ONG locales, comme International Land Coalition, forment des contre-pouvoirs et contestent les stratégies des multinationales en s’alliant à des ONG internationales pour défendre des petits paysans.

  • 5  http://www.chemonics.com/

8Néanmoins, le phénomène ne se limite pas à des conflits épisodiques où ces institutions transnationales ne seraient que des contre-pouvoirs. De plus en plus souvent, des agences internationales (ONU, PNUD, FAO, Banque mondiale) et de grandes ONG internationales participent à la coproduction des normes dans ces différentes sociétés et font donc partie de la réalité du pouvoir dans ces sociétés. Ces différentes institutions développent par exemple des programmes pour faciliter la diffusion de normes globales telles que la libéralisation du marché foncier, la généralisation de la propriété privée et du contrat, la sécurisation des investissements. On peut citer par exemple l’influence de l’ONG américaine Chemonics International5 qui œuvre surtout à la privatisation du foncier et à la généralisation du contrat dans le domaine rural au sein des sociétés concernées par le développement.

9Ces mêmes institutions visent par ailleurs à développer des programmes de protection de la biodiversité ou du patrimoine en créant des zones protégées (aires, parcs naturels, etc.). Sous couvert de préservation de la nature, ces politiques peuvent entraîner une sanctuarisation de certains espaces naturels qui n’est pas sans gêner les populations locales qui doivent s’appuyer sur l’exploitation des ressources de la nature pour vivre.

10Ces différents acteurs jouent ainsi un rôle déterminant dans le contrôle, la gestion ou l’appropriation d’espaces collectifs naturels (forêts, déserts, îles) et deviennent coproducteurs d’une nouvelle souveraineté.

11On voit bien qu’au-delà de quelques exemples très médiatisés, la complexité de cette nouvelle architecture doit être pensée par les sciences sociales car elle est porteuse de nouvelles formes de tensions sur la question foncière à l’échelle planétaire. Elle concerne une multitude d’acteurs et ne se réduit pas seulement à la question de l’appropriation des terres pour l’agrobusiness ou l’élevage par de grandes entreprises transnationales.

12Ces logiques s’articulent donc à un processus plus large concernant la reformulation de la souveraineté de vastes territoires à l’intérieur de différentes sociétés du globe.

13L’accaparement des terres par des étrangers n’est pas une nouveauté dans l’histoire de l’humanité, les différentes conquêtes impérialistes et les expériences coloniales avaient souvent comme objectif le contrôle de terres pour le développement d’activités fondées sur des logiques extérieures aux sociétés locales.

14De nos jours, la nouveauté vient probablement du fait que de grands États se lancent dans des stratégies d’acquisitions foncières en dehors de logiques postcoloniales. En effet, la Chine, le Japon ou l’Arabie saoudite cherchent à contrôler des terres un peu partout dans le monde. On connaît bien la stratégie de grandes entreprises américaines comme Monsanto, mais il existe aussi, aujourd’hui, des entreprises indiennes, chinoises ou françaises du domaine de l’agroalimentaire qui tentent tout autant de contrôler des terres à travers le monde dans le dessein d’élargir et d’externaliser leur production.

15De plus, des acteurs de la finance (banques, fonds d’investissement) proposent désormais des produits financiers fondés l’acquisition de terres dans certains pays. On peut citer deux sociétés françaises particulièrement actives en la matière. Le groupe Agrogeneration de Charles Beigbeder investit massivement dans l’achat de terres, en Ukraine. Une autre société, la Pergam Finance d’Olivier Combastet, basée en Amérique du Sud, propose également à une clientèle mondiale l’acquisition de terres en Argentine, au Chili ou en Uruguay. Ces entreprises ne peuvent pas seulement être considérées comme des entreprises nationales car elles se développent par la constitution d’un capital « transnational ». L’émergence inédite de ce type d’acteur montre la complexité des interdépendances qui se jouent dans la globalisation des échanges.

  • 6  Mediapart, « la chasse aux terres du Sud et ouverte », 21 décembre 2008.

16Un des risques est alors d’adopter le seul registre de la dénonciation utilisé par certains médias qui parlent d’un risque de néocolonialisme agraire6 en réduisant ce processus à une prédation de grandes entreprises occidentales. Ce type d’analyses occulte la responsabilité des élites et des bureaucraties nationales dans la mise en place de ces processus sociaux. Il faut s’interroger sur la constitution de ces liens transnationaux qui lient des élites à différentes échelles du local au global.

17Ce n’est pas un hasard si un grand nombre de transactions se réalisent actuellement dans l’univers postsocialiste, où les bureaucraties ont une marge de manœuvre très importante pour la cession de grandes surfaces qui sont à décollectiviser. La privatisation des terres s’établit à travers l’apparition de nouveaux liens économiques, sociaux et politiques entre ces élites bureaucratiques et des acteurs globaux.

  • 7  A. Marant, « Planète à vendre», Capa Production, Arte, mai 2011.

18À ce titre, la libéralisation actuelle de l’Éthiopie est singulièrement éclairante. Dans un remarquable film documentaire7, Alexis Marant nous fait découvrir l’implantation d’un acteur économique indien à Addis-Abeba. L’entreprise Karuturi Global Limited a obtenu un bail de cinquante ans pour l’exploitation de terres auprès de l’État éthiopien. Premier horticulteur du pays, cette entreprise exporte ses tulipes vers la Hollande et accroît ainsi le développement de son entreprise sur le marché mondial de la fleur. Cet entrepreneur indien veut également cultiver du blé et du maïs destinés à la production d’agrocarburants et envisage d’employer à terme plus de 15 000 ouvriers. L’implantation de cette entreprise qui souhaite produire pour exporter la quasi-totalité de sa production entraîne toute une série de conséquences pour la société éthiopienne qu’il serait nécessaire d’étudier plus en profondeur pour concevoir, notamment, les nouvelles situations relatives au salariat, les conflits sur l’usage du foncier et de l’eau, les formes d’exclusion, la position stratégique des élites nationales, etc.

19Si ce phénomène est très saillant dans des pays concernés par la transition postsocialiste, il ne s’y limite pas.

20Ces situations suscitent la plupart du temps de l’indifférence au niveau local, mais on voit bien qu’elles sont porteuses de nouvelles formes de conflit. Des mouvements sociaux émergent avec un discours stigmatisant le poids des « étrangers » dans l’économie locale et le rôle de l’État dans la régulation de l’économie. On peut citer le mouvement Estragneros en Uruguay, pays où un tiers des terres serait contrôlées par des étrangers.

21On assiste aussi à la naissance de contestations sporadiques plus violentes comme au Kirghizstan, en 2004. Cette ancienne république soviétique, située à la frontière occidentale de la Chine, a connu des émeutes à la suite de la divulgation d’un accord secret signé entre le président kirghize Akaev et le gouvernement chinois afin de céder une zone territoriale montagneuse à la Chine cherchant de nouvelles ressources en eau.

22Le phénomène concerne aussi le continent européen. L’évolution du statut du foncier a été un élément essentiel dans la construction européenne. La libéralisation du marché foncier a considérablement évolué spécialement au moment de l’intégration des pays d’Europe de l’Est. La Pologne, la Roumanie et la Hongrie ont accueilli de nombreux investisseurs étrangers et certains acteurs économiques d’Europe occidentale sont venus s’installer en investissant dans la terre par l’intermédiaire d’achats ou de baux emphytéotiques.

23Cette situation a notamment entraîné le développement de mouvements politiques populistes nationalistes, en Pologne ou en Hongrie. Ce phénomène concerne même les sociétés d’Europe occidentale, où des acquisitions foncières par des étrangers prennent une ampleur significative. C’est le cas en France, comme le montre l’achat récent d’un vignoble bordelais par CofCo, une entreprise chinoise.

24Ce numéro thématique privilégie la présentation de cas qui articulent les dimensions locales et globales en essayant d’engager une discussion sur certaines questions cruciales au sujet de la reformulation de la souveraineté et des liens complexes entre acteurs locaux, nationaux et mondiaux.

25Cette nouvelle ruée vers la terre constitue un champ d’investigation passionnant pour les sciences sociales et ce numéro esquisse de nombreuses pistes de recherche qui méritent d’être approfondies, tant les questions qu’il soulève concernent autant les bouleversements de l’ordre social dans différentes sociétés que les évolutions futures de l’ordre mondial.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abélès M., Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2010.
DOI : 10.4000/lhomme.16882

« Amazonie : le Brésil ouvre les vannes de la déforestation », Le Point, 25 mai 2011 [en ligne], consulté en octobre 2011.

URL : http://www.lepoint.fr/monde/amazonie-le-bresil-ouvre-les-vannes-de-la-deforestation-25-05-2011-1335047_24.php

Andrianirina Ratsialonana R., L. Ramarojohn, P. Burnod et A. Teyssier, « Après Daewoo ? État des lieux et perspectives des appropriations à grande échelle à Madagascar », étude CIRAD/Observatoire du foncier Madagascar, 2010 (version provisoire) [en ligne], consulté en octobre 2011.

URL : www.observatoire-foncier.mg/get-file.php?id=70

Bayart J.-F., Le gouvernement du monde : une critique politique de la mondialisation, Paris, Fayard, 2004.

Botton S., La multinationale et le bidonville. Privatisations et pauvreté à Buenos Aires, Paris, Karthala, 2007.

Burnod P., W. Anseeuw, P. M. Bosc, M. A. Even, « La menace de l’appropriation foncière à grande échelle », La revue durable, n° 37, 2010 : 27-29.

Chauveau J.-P., J.-P. Colin, J.-P. Jacob, P. Lavigne Delville et P. Y. Le Meur, Modes d’accès a la terre, marchés fonciers, gouvernance et politiques foncières en Afrique de l’Ouest, résultats du projet de recherche Inco-Claims (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Lali), Londres, IIED, 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chauveau, J.-P. et J.-P. Colin, « Customary transfers and land sales in Côte d’Ivoire: revisiting the embeddedness issue », Africa, vol. 80, n° 1, 2010 : 81-103
DOI : 10.3366/E0001972009001272

Cotula L. and R. Leonard, Investing in Partnership: Agricultural Investment and Collaborative Business Models. Highlights from an International Lesson-Sharing Workshop (Maputo, 17th-18th march 2010), London, IIED, 2010.

Coulaty A., « Mapouche, le droit à la terre », Altermondes, n° 16, 2008 : 30-31.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Delahaye O., « La question agraire au Venezuela de 1493 aux années actuelles », Économie rurale, n° 313-314, 2009 : 115-128.
DOI : 10.4000/economierurale.2433

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Duffy R., « Non-governmental Organisations and Governance States: The impact of transnational Environmental Managment Networks in Madagascar », Environmental Politics, vol. 15, n° 5, 2006 : 731-749.
DOI : 10.1080/09644010600937173

Karsenty A., « Les acquisitions de terre à grande échelle ont-elles un avenir ? Les paysans doivent faire reconnaître leurs droits locaux pour rendre plus difficiles les allocations arbitraires de superficies », Paysans, n° 326, 2011 : 1-10.

Keller E., « Who are They? Local understandings of NGO and State Power in Masoala, Madagascar », Tsantsa, n° 14, 2009 : 76-85.

Kull C. A., Isle of Fire. The Political Ecology of Landscape Burning in Madagascar, Chicago, University of Chicago Press, 2004.

Marchal R., « Des contresens possibles de la globalisation : privatisation de l’État et bienfaisance au Soudan et au Somaliland », Politique africaine, n° 73, 1999 : 68-81.

Monsutti A. et B. Petric (dir.), « Les nouvelles arènes politiques », Tsantsa, n° 14, numéro spécial, 2009.

Muller B., « Comment rendre technique un débat politique : controverses autour des biotechnologies agricoles au sein de la FAO », Tsantsa, n° 14, 2009 : 27-36.

Petric B., « Le Kirghizstan : laboratoire de la nouvelle gouvernance mondiale », Revue Transitions, n° 4, 2006.

Rabesahala Horning N., « Strong Support for Weak Performance: State and Donor’s Mutual Dependance in Madagascar », Africa Affairs, vol. 107, n° 428, 2008 : 405-431.

Saturnino M., Jr. Borras, R. Hall, I. Scoones, B. White and W. Wolford, « Towards a better Understanding of Global Land Grabbing: an editorial introduction », Journal of Peasant Studies, vol. 38, issue 2, 2011 : 209-216.

Stein T. H., K. Otsuka and F. Place (ed.), The Emergence of Land Markets in Africa: Impacts on Poverty, Equity, and Efficiency, Washington, Resources for the Future, 2009.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Teyssier A., L. Ramarojohn et R. Andrianirina Ratsialonana, « Des terres pour l’agro-industrie internationale ? Un dilemme pour la politique foncière malgache », EchoGéo [en ligne], n° 11, 2010, consulté en octobre 2011.
DOI : 10.4000/echogeo.11649

URL : http://echogeo.revues.org/11649.

Haut de page

Notes

1  « Les Indiens Mapuches contre l’empire Benetton », publié dans l’hebdomadaire Le Point du10 février 2011.

2  http://farmlandgrab.org/cat/show/237

3  Financial Times, 19 novembre 2008.

4  Source : ONU, Programme alimentaire mondial, rapport annuel, 2007.

5  http://www.chemonics.com/

6  Mediapart, « la chasse aux terres du Sud et ouverte », 21 décembre 2008.

7  A. Marant, « Planète à vendre», Capa Production, Arte, mai 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Petric, « La ruée vers la terre », Transcontinentales [En ligne], 10/11 | 2011, document 1, mis en ligne le 19 octobre 2011, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://transcontinentales.revues.org/1060

Haut de page

Auteur

Boris Petric

Cnrs-Ehess Laios, chargé de mission à la Fmsh

bpetric@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page