Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Démocratie et gouvernement local en Pologne

Marie-Claude Maurel et Maria Halamska, Démocratie et gouvernement local en Pologne, Paris, CNRS éditions, 2006, 265p.
Catherine Perron
p. 177-179
Référence(s) :

Marie-Claude MAUREL et Maria HALAMSKA, Démocratie et gouvernement local en Pologne, Paris, CNRS éditions, 2006, 265p.

Texte intégral

1Il n’est plus possible d’ignorer la profonde fatigue démocratique (taux d’abstention élevés aux différents scrutins, vote pour des partis aux orientations radicales ou populistes, apathie politique des citoyens etc.) qui touche les pays -d’Europe centrale, dont la Pologne. Certains des maux qui affectent les systèmes politiques post--communistes sont connus : faiblesse des sociétés civiles, corruption endémique, vie politique marquée par la « sur-partisanisation » (les partis, seules organisations intermédiaires entre le citoyen et l’État, sur-évaluent en conséquence leur légitimité) et la « sur-parlementarisation » (concentration du jeu des pouvoirs entre l’État et le Parlement, au détriment des instances périphériques et des autres échelons politiques). Les études sur les travers politiques de ces pays ont souvent porté sur la scène politique nationale, sur les phénomènes politiques les plus visibles, les plus facilement appréhendables. En centrant l’analyse des transformations sur le niveau de gouvernement local en Pologne, l’ouvrage de Marie-Claude Maurel et Maria Halamska évite cet écueil, et fournit une profondeur de champ qui vient utilement enrichir les études de la transformation et la compréhension des phénomènes sociaux et politiques dans ce pays. Le changement de perspective – les pratiques locales éclairant les pratiques nationales dans un mouvement ascendant – permet de mieux saisir l’origine et la nature des maux identifiés au niveau central. Un autre grand mérite de cet ouvrage, qui le distingue d’autres travaux analogues, est de se fonder sur des enquêtes engagées dans la dernière décennie du communisme, et menées sur une période de vingt ans. Cela permet de rendre compte de manière fine de la présence du passé ou, autrement dit, des modes de dépendance de la voie de la transformation polonaise. Les auteures font prendre conscience de l’importance des ressources puisées dans les années 1980, montrant à quel point le changement engagé en 1989 en Pologne prend racine dans les dernières années du régime communiste.

2À travers une analyse du changement social survenu depuis le début des années 1980 dans trois petites communes rurales (représentatives de la majorité des communes du pays et situées dans trois régions de Pologne -différentes) Marie-Claude Maurel et Maria Halamska se sont attachées à « recueillir, dans leur expression concrète, les faits de la “transition” annoncée » (p. 12.), opérant des allers-retours incessants entre la dynamique de transformation nationale et son expression locale. Si la première partie, intitulée « Du monopole au partage du pouvoir », est consacrée à la dimension institutionnelle du processus de démocratisation, c’est avant tout pour fournir une image du cadre dans lequel s’opère l’apprentissage des nouvelles règles du jeu par les acteurs locaux. Car c’est à ce dernier processus que les auteures s’intéressent avant tout. En effet, dans le temps de latence entre l’introduction de nouvelles institutions et l’appropriation de leurs règles de fonctionnement par les acteurs, s’opère tout un processus d’expérimentation et d’apprentissage, crucial à la construction démocratique et à son enracinement. Dans une deuxième partie, l’analyse porte sur la « recomposition des scènes politiques locales » pour finir dans une troisième partie par traiter de l’enjeu que représente l’émergence d’une nouvelle gouvernance à cette échelle. Le plan de l’ouvrage témoigne du glissement progressif, au fil du temps, des enjeux politiques relatifs au renouvellement vers ceux de la gouvernance locale, autrement dit du passage du défi que représentait la rupture avec le régime précédent à celui constitué par l’usage des nouvelles règles et compétences dont ont été investis les conseils municipaux à la suite du rétablissement de l’autonomie locale.

3Les auteures opèrent un large tour d’horizon de la transformation du gouvernement local, allant de la restauration de l’autonomie à la base et de la transformation des cadres institutionnels qui l’accompagne, aux dynamiques politiques (partisanes) dont les élections constituent le point d’orgue, en passant par les acteurs politiques, la formation des élites, etc. S’y ajoute une description factuelle, nourrie de ce que fut la réalité de la transformation dans les trois communes étudiées, et ce faisant pour quantité de Polonais : liberté et possibilité de prendre son destin en main certes, mais dans un contexte d’appauvrissement, de repli sur la cellule familiale et de forte mise à mal du tissus social local. Les exemples concrets éclairent les raisons profondes du désenchantement démocratique en même temps qu’ils donnent une idée de l’ampleur des défis posés à ces communautés locales par le post-communisme. Malgré une vision souvent critique du mode de gouvernance locale, on ne peut s’empêcher d’éprouver de l’empathie pour ces acteurs en première ligne dans la gestion des difficultés de la transformation, démunis de ressources au départ et qui donnent le sentiment d’avoir été très largement abandonnés par les échelons supérieurs. Un point sur lequel on aurait aimé en savoir plus, d’ailleurs.

4Si l’étude rend palpable l’ampleur des efforts que doivent fournir les acteurs du changement, pour extirper leur communauté locale du régime précédent et surmonter les pratiques et arrangements institutionnels traditionnels dans lesquels fonctionnaient les acteurs sociaux par le passé, on peut toutefois regretter que peu d’attention soit finalement portée au discours de ces acteurs, aux efforts qu’ils fournissent (ou non) en vue d’interpréter la trajectoire de leur commune au regard des transformations générales, à leur manière d’envisager l’avenir, d’interpréter le passé. En effet, on peut supposer que face à l’hébétude généralisée, à la disparition des institutions et des procédures qui jusque-là régissaient le quotidien, des règles qui ordonnaient les vies, et aux difficultés matérielles de la transformation, la production d’un discours fournissant du sens à l’action est un puissant facteur de mobilisation qui, en conférant du sens au changement, aide à surmonter le sentiment d’aliénation éprouvé par une grande partie de la population.

5Pour finir, si le choix de la Pologne pour mener une telle enquête semble pleinement justifié – c’est le pays le plus peuplé de l’ancien bloc de l’Est et qui de ce fait a le plus de poids parmi les nouveaux adhérents à l’Union européenne, un pays rural à l’histoire nationale complexe –, on peut cependant regretter l’absence de démarche comparative ou de remise en perspective dans le cadre centre européen, qui aurait permis de faire la part des spécificités polonaises et des traits plus généraux du post-communisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Perron, « Démocratie et gouvernement local en Pologne », Transcontinentales [En ligne], 4 | 2007, document 14, mis en ligne le 11 mai 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://transcontinentales.revues.org/1021

Haut de page

Auteur

Catherine Perron

Centre d’études et de recherches internationales (CERI)

Articles du même auteur

  • Martin Koopmann et Christian Lequesne (éds), Partner oder Beitrittskandidaten ? Die Nachbarschaftspolitik der Europäischen Union auf dem Prüfstand[Partenaires ou candidats à l’adhésion ? La politique de voisinage de l’Union européenne à l’épreuve], Baden-Baden, Nomos, 2006, 226 p. (Denkart Europa, 2).
    Paru dans Transcontinentales, 3 | 2006
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page