Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’Inde et l’Europe

Rajendra K.Jain et Hartmut Elsenhans (éds),India, Europe and The Changing Dimensions of Security, New Delhi, Radiant Publishers, 2006, 309p.Rajendra K.Jain et Hartmut Elsenhans (éds),India, the European Union and the WTO, New Delhi, Radiant Publishers, 2006, 316p.Rajendra K.Jain, Hartmut Elsenhans et Amarjit S.Narang (éds),The European Union in World Politics, New Delhi, Radiant Publishers, 2006, 324p.
Jean-Luc Racine
Référence(s) :

Rajendra K. JAIN et Hartmut ELSENHANS (éds),India, Europe and The Changing Dimensions of Security, New Delhi, Radiant Publishers, 2006, 309 p.

Rajendra K.JAIN et Hartmut ELSENHANS (éds),India, the European Union and the WTO, New Delhi, Radiant Publishers, 2006, 316p.

Rajendra K.JAIN, Hartmut ELSENHANS et Amarjit S.NARANG (éds),The European Union in World Politics, New Delhi, Radiant Publishers, 2006, 324p.

Texte intégral

1Professeur à l’université Jawaharlal Nehru de New Delhi, Rajendra Kumar Jain est un spécialiste des questions européennes. Il a multiplié ces dernières années, avec le soutien de l’Union européenne et de diverses institutions (dont le Centre de sciences humaines de New Delhi) les colloques bilatéraux Inde-Europe, sur des thèmes qui portent moins sur les relations entre les deux entités politiques per se, que sur leurs façons d’aborder de grandes questions internationales. Deux des trois ouvrages collectifs qu’il a publiés en 2006 en portent témoignage.

2India, Europe and the Changing Dimensions of Security regroupe quatre types d’articles. Le premier offre des mises au point, par des experts particulièrement qualifiés, sur les positions ou les politiques indiennes et européennes. Ainsi Sergio Mascarenhas traite-t-il du rôle de la société civile dans la politique européenne de sécurité (rôle à peu près nul dans la définition précise des politiques de sécurité, mais non négligeable si l’on considère plus largement la société civile comme un « espace d’intervention et de créativité », apte à faire émerger de nouvelles réponses aux problèmes posés… sous réserve que le système institutionnel puisse s’en nourrir). Le chapitre sur le système anti-terroriste français (Jean-Luc Marret) et ceux sur l’Allemagne et la « guerre contre le terrorisme » (Johann-Hinrich Ernst), ou sur l’Inde et le terrorisme en Asie du Sud (Kulbir Krishan), relèvent d’une approche comparable, tout comme celui de C. Raja Mohan, « sécurité et nouveau millénaire : une perspective indienne ». Un deuxième type d’articles étudie les politiques d’un des acteurs en direction de l’autre, ou du champ régional concernant l’autre partenaire : ainsi des études sur l’Europe et l’Afghanistan (Mahendra Ved) ou sur l’Europe et la nucléarisation de l’Asie du Sud (J. Fontanel et J. F. Guilhaudis). Un troisième type d’études porte sur les positions croisées de l’Inde et de l’Europe sur des problématiques transversales : comment l’Inde et l’Union européenne analysent-elles les relations indo-pakistanaises (G. Parthasarathy) ou les projets de réforme des Nations unies, où l’Inde souhaite entrer comme membre permanent dans un Conseil de sécurité sensiblement élargi (C.S.R. Murthy) ? Un quatrième type d’articles traite de grandes questions, par exemple fondamentalisme et terrorisme (Thomas Meyer), sans vouloir afficher une perspective propre à une entité particulière. Cependant, presque inévitablement, la plupart des articles portent une certaine marque de fabrique, dans la mesure où les auteurs traitent soit de leur propre entité, Inde ou Union européenne, soit parlent en généralistes. À l’inverse, les chapitres d’auteurs indiens traitant de questions européennes, comme Ummu Salwa Bawa analysant la politique européenne d’intervention humanitaire, ou Savita Pande sur -l’Europe et de la non--prolifération, offrent des regards extérieurs à leur sujet. C’est tout l’intérêt de ces rencontres que de mêler ainsi des spécialistes aux profils divers, qui donnent au dialogue entre Européens et Indiens sa richesse.

3Le second volume, India, the European Union and the WTO, répond en gros aux mêmes principes de diversité dans les approches, centrées cette fois sur les questions liées à l’Organisation mondiale du commerce, forum où l’Inde et l’Union européenne sont souvent en désaccord, en particulier sur la question des produits agricoles et des subventions accordées par l’Union européenne (et par les États-Unis) aux paysanneries des pays avancés. La question est d’importance pour l’Inde (Transcontinentales n° 2 a rendu compte à cet égard d’un gros volume collectif publié par le Centre de sciences humaines de New Delhi sur l’Inde et l’OMC). Comme dans le volume précédent, universitaires, chercheurs de centres spécialisés et analystes ayant été aux affaires confrontent leurs expertises, les points de vue européens étant portés par des auteurs français, allemands et portugais entre autres.

4Le troisième ouvrage, The European Union in World Politics, est d’une nature un peu différente, dans la mesure où, sujet oblige, tous les auteurs, indiens inclus, traitent de la politique étrangère européenne. Publié en 2006, mais étayé par les actes d’un colloque de 2003, le volume porte ses questionnements sur l’élargissement européen, sur la division de l’Europe face à la guerre en Irak et sur les limites de la construction européenne, l’Union ayant choisi de s’élargir avant de renforcer ses structures de gouvernement. Avant même que soient formulées les interrogations suscitées par les « non » français et danois au référendum sur le projet de traité constitutionnel de 2005, on voit apparaître ici la nature ambiguë du projet européen : très positif comme modèle d’intégration régionale volontaire en quête de paix et de stabilité ; plus partagé face à l’option de la puissance. Sur ce plan, les réticences de nombre d’États membres empêchent la construction d’une force militaire à la hauteur du poids économique de l’Union et témoignent d’une préférence pour le soft power. Le débat en Inde, après 2005, revisitera cette question à la lumière du volontarisme américain qui, à l’heure où l’Europe s’enferre dans son projet constitutionnel suspendu, voit l’administration Bush prête à modifier la législation américaine et les règles du jeu international en matière de nucléaire civil, au bénéfice exceptionnel d’une Inde perçue, à Washington, comme un atout dans la construction du nouvel ordre mondial. Modèle européen contre modèle américain ? Soft power contre real-politik plus unilatéraliste ? New Delhi n’estime pas devoir choisir entre ces deux options, mais entend jouer toutes ses cartes, en tirant parti du nouveau regard que portent sur elle aussi bien l’Union européenne que les États-Unis.

5Tous ces ouvrages, au total, nourrissent un débat fécond entre Européens et Indiens, en mobilisant des experts d’horizons divers et largement renouvelés. Les index sont précieux. On regrette seulement que les responsables de ces publications se contentent de préfaces minimalistes : des introductions synthétiques, nourries des pluralités de points de vue avancés par ces pléiades d’auteurs, aideraient à caler les problématiques, et éclaireraient utilement la richesse des débats animant de telles rencontres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Racine, « L’Inde et l’Europe », Transcontinentales [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 11 mai 2011, consulté le 22 mai 2017. URL : http://transcontinentales.revues.org/1017

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Racine

Fr

30/06/2007

04/05/2011

175-177

13

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page