Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’enseignement supérieur dans le monde arabe

Mounir Bashshur, Youssef Courbage et Boutros Labaki (dir.), L’enseignement supérieur dans le monde arabe, une question de niveau, Beyrouth, IFPO, 2006, 214p.
Mustapha Haddab
p. 169-171
Référence(s) :

Mounir BASHSHUR, Youssef COURBAGE et Boutros LABAKI (dir.), L’enseignement supérieur dans le monde arabe, une question de niveau, Beyrouth, IFPO, 2006, 214p.

Texte intégral

1Une des qualités de cet ouvrage est d’être dans une certaine mesure en rupture avec la tendance de nombreuses études consacrées aux systèmes nationaux d’enseignement supérieur, tendance consistant en particulier à proposer des descriptions essentiellement quantitatives de ces systèmes et de leur évolution, et à établir, en usant d’indicateurs classiques comme le taux de réussite, d’encadrement, de féminisation, etc., des bilans qui font souvent l’objet d’interprétations peu rigoureuses, parfois inspirées par des visées politiques, idéologiques ou même corporatistes.

2En choisissant de s’interroger sur les conditions d’une évaluation qualitative des systèmes d’enseignement supérieur de plusieurs pays arabes, les participants de l’atelier international sur « le niveau de l’enseignement supérieur dans le monde arabe », tenu à Beyrouth les 17 et 18 mars 2005 à l’initiative de l’Institut français du Proche-Orient en partenariat avec la Fondation Ford pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord – atelier à l’origine de cet ouvrage –, adoptent une démarche qui nécessite un examen plus fin et plus critique des statistiques disponibles et une bonne connaissance de la dimension socio-historique du fonctionnement des institutions universitaires.

3Comme le font en outre bien apparaître Youssef Courbage dans sa présentation, et Mounir Bashshur dans la synthèse qui clôt cet ouvrage, la réunion dans ce livre d’études portant sur six systèmes universitaires nationaux (libanais, algérien, palestinien, égyptien, syrien et marocain) fournit la matière à des comparaisons éclairantes entre les caractéristiques de ces systèmes, comparaisons conduisant à prendre une mesure plus juste aussi bien des points forts que des points faibles des institutions universitaires des pays arabes concernés, en incitant à plus de rigueur dans la formulation d’hypothèses explicatives des phénomènes observés.

4La lecture des différentes contributions à cet ouvrage permet par exemple de vérifier que la question de la gestion des effets de la démocratisation de l’accès aux études supérieures se pose d’une manière comparable dans tous les pays arabes concernés. Ce qui, entre autres aspects, donne à penser que la forte tendance à l’augmentation des effectifs d’étudiants résulte de facteurs sociaux profonds et pas seulement du « volontarisme » des gouvernants.

5Ces derniers sont partout confrontés à la dévalorisation sociale de beaucoup de diplômes universitaires, due en partie à une croissance des effectifs d’étudiants que n’accompagne pas une croissance économique créatrice d’un nombre significatif d’empois qualifiés. Le nombre d’étudiants a par exemple quintuplé en Égypte entre 1976 et 2002 ; il a quadruplé en Algérie entre 1995 et 2005 ; il a été multiplié par quatre en Palestine durant les deux dernières décennies, etc.

6Dans tous les pays arabes étudiés, une sorte de cercle vicieux s’instaure, devant lequel les pouvoirs publics paraissent assez démunis : l’augmentation des effectifs d’élèves et d’étudiants entraîne une importante dévalorisation des diplômes, processus qui entraîne à son tour une tendance, chez ces élèves et étudiants, à prolonger la durée de leurs cursus dans le but d’atteindre à des niveaux d’études qui pourraient, espèrent-ils, les protéger du chômage.

7La surpopulation qui en résulte dans les institutions universitaires tend à rendre très difficile l’application de mesures destinées à améliorer la qualité des formations données aux étudiants ; ces mesures sont, pour la majorité des universités des pays arabes étudiés dans cet ouvrage, d’autant plus timides et peu efficaces qu’elles ne peuvent le plus souvent être appuyées sur des allocations budgétaires suffisantes. Les salaires des enseignants demeurent le plus souvent insuffisants, ce qui, entre autres conséquences, incite ces derniers à diversifier leurs sources de revenus au détriment de l’exercice de leur métier et de leur assiduité à conduire des recherches ; les bibliothèques, les laboratoires, les conditions de vie de la majorité des étudiants restent le plus souvent médiocres. L’augmentation des budgets de fonctionnement des universités publiques conduit souvent à la réduction des sommes consacrées à la recherche scientifique. Au Maroc, par exemple, le budget de la recherche scientifique ne représente qu’un cinquième de celui de l’enseignement supérieur (M. Souali, p. 195). « […] L’expansion [des effectifs d’étudiants] est en corrélation avec une diminution sensible de la moyenne des dépenses consacrées à chaque étudiant », lit-on dans le texte consacré par M. Zaytoun à la situation de l’enseignement supérieur en Égypte (p. 116, traduction M. Haddab).

8Autre dilemme auquel se trouve confrontée la gestion des systèmes universitaires des pays arabes : l’amélioration de la qualité et du niveau de certaines formations ou seulement leur préservation (ce qui est souvent le cas pour, par exemple, les études médicales, les sciences de l’ingénieur et l’informatique) augmentent la probabilité de voir les diplômés les mieux formés émigrer vers d’autres cieux ; autant de bons cadres et professeurs potentiels dont les institutions du pays, et particulièrement les universités, doivent se passer.

9Parmi les traits communs aux systèmes d’enseignement supérieur analysés dans cet ouvrage, et que le contenu de ce dernier permet de percevoir avec netteté, on relève la tendance des étudiants à suivre majoritairement des études de lettres ou de gestion, plutôt que de s’orienter vers les sciences exactes ou les sciences de l’ingénieur. Au Maroc, en 2004, 75 % des étudiants suivent des études de lettres, ou de droit et d’économie (p. 172). La proportion d’étudiants inscrits dans les filières des sciences fondamentales a eu, dans ce même pays, tendance à baisser : elle  est passée de 43,7 % en 1975, à 22,5 % en 2001 (p. 127). Au Liban, 48 % des étudiants appartiennent en 2004 aux filières de sciences humaines, de droit et de sciences politiques et administratives (M. Bashshur, p. 12).

10Ces tendances paraissent avoir, d’un pays à l’autre, des causes assez semblables telles que la croissance rapide du nombre d’étudiants, les débouchés réduits des études scientifiques et technologiques dans des pays encore peu industrialisés, et le caractère coûteux des équipements nécessaires aux filières scientifiques et technologiques.

11Les facteurs auxquels sont imputées les insuffisances qualitatives des systèmes d’enseignement supérieur considérés ici ne paraissent ainsi pas très différents, d’un pays à l’autre. La coexistence de plusieurs langues d’enseignement s’accompagne à des degrés divers  de difficultés d’ordre pédagogique, qui apparaissent aussi dans les rapports des diplômés au marché du travail, dans tous les pays étudiés dans cet ouvrage. « La question des langues s’est imposée au fil des années comme un problème central des facteurs qui altèrent la qualité de l’enseignement supérieur… » note l’auteur de l’étude consacrée au Maroc (p. 190). Non moindre est l’acuité avec laquelle ces questions persistent à  se poser en Algérie.

12Par les données quantitatives et qualitatives que cet ouvrage fournit, et le dépassement des cloisonnements entre pays qu’il rend possible, et aussi parce que les problèmes méthodologiques que pose une évaluation des aspects qualitatifs et pas seulement quantitatifs  de l’évolution des systèmes universitaires ne sont pas éludés, ce livre constitue une base de comparaison fort utile, et suggère de nombreuses pistes et hypothèses de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mustapha Haddab, « L’enseignement supérieur dans le monde arabe », Transcontinentales [En ligne], 4 | 2007, document 10, mis en ligne le 04 mai 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://transcontinentales.revues.org/1000

Haut de page

Auteur

Mustapha Haddab

Professeur à l’université d’Alger

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page